Histoires

Le silence est de diamant

Voici une histoire qu’une femme envoya à Haïm Walder et que vous pouvez retrouver en intégralité dans le volume trois des Récits et des hommes.

Nous nous sommes mariés il y a quinze ans. Peu avant le mariage, la grand-mère de mon mari m’avait apporté son cadeau. Sous les yeux de toute la famille rassemblée, la grand-mère m’a tendu une petite boîte soigneusement emballée. Je l’ai ouverte et un diamant monté en solitaire m’apparut. Le bijou était énorme. Je n’en n’avais jamais vu d’aussi gros, ni avant de ma fiancer, ni après.  » C’est mon cadeau de mariage » m’a dit la grand-mère.

Cela vous semblera peut-être trivial, mais la bague n’était pas ajustée à mon doigt. Elle n’était pas vraiment trop grande, juste un peu lâche. J’ai passé la soirée de mon mariage à m’assurer que mon diamant était bien à sa place. Tout s’est bien passé. La semaine des Chéva Berakhot a été fabuleuse. Les deux familles réunies ont passé le Chabat chez mes parents àNetanya. Les repas du vendredi soir et samedi midi ont été magnifiques. Après le déjeuner, nous sommes allés nous promener au bord de la mer. Nous sommes revenus pour la prière de min’ha, puis avons fait le troisième repas. Après lahavdala, qui marquait la fin d’un merveilleux Chabat, quelqu’un me demanda:  » Où est ta bague? »

J’ai regardé mon doigt. Effectivement la bague n’était plus là. Un petit remue-ménage s’en est suivi. Mon mari a dit: « Je cours voir dans notre chambre. » Très tendue, j’ai attendu son retour en me rongeant les ongles. Quelque chose me disait qu’il ne trouverait rien. Mon mari est revenu :  » Je ne l’ai pas trouvée » a-t-il annoncé. Toute la famille était maintenant au courant de la disparition du diamant, une pierre qui avait coûté cinq mille dollars! (Il suffit de perdre quelque chose pour en apprendre quelle était sa valeur.) Ma belle-mère, en compagnie de quelques charmantes volontaires, est montée fouiller notre chambre à son tour. A ma grande honte, ces dames ont inspecté nos affaires pendant une heure. Chacun a commencé à émettre des suppositions sur la façon dont avait pu disparaître la bague. A ce moment, j’ai osé avouer qu’elle était un peu grande. Une certaine tension a commencé à se faire sentir. En reconstituant notre emploi du temps, force nous a été d’admettre que le diamant avait probablement été perdu sur la plage.

Nous sommes rentrés chez nous très abattus. Mon mari a réagi très noblement. Il s’est efforcé de m’apaiser en m’expliquant que le plus responsable était celui qui m’avait laissé porter une bague trop grande. Il s’est comporté de manière exemplaire, insistant pour endosser toute la responsabilité. Si cet incident était un test, mon jeune mari l’avait passé avec le plus grand succès… à l’inverse de sa famille.
Chaque fois que nous nous retrouvions chez elle, le drame du diamant planait au-dessus de nos têtes. Avec la disparition du diamant, toute l’estime et l’affection que ma belle-famille me portait avaient disparu aussitôt. De très longs et pénibles mois se sont écoulés. Je sentais que, jamais, je ne pourrais retrouver leur dilection. La perte de la bague m’avait marquée d’un sceau prouvant que j’étais irresponsable, qu’on ne pouvait pas compter sur moi. Que j’étais une écervelée capable de perdre un diamant de cinq mille dollars.
Une période d’escarmouches s’en est suivie. Mon pauvre mari s’employait de son mieux à réconcilier les parties. Bien qu’il ne m’ait pas explicitement raconté tout ce qui se passait, j’ai compris qu’il avait lui-même eu des prises de bec avec ses frères et les avait prévenus que s’ils continuaient à me tourmenter, il romprait ses liens avec sa famille.

Le tournant décisif est arrivé quatre mois plus tard. Pour l’expliquer, il me faut souligner que notre mariage avait eu lieu deux jours après la fête de Chavouot. Pour l’occasion, mon mari, comme de nombreux hathanim en ont l’usage dans le monde des yéchivot, portait un genre de frac qu’on ne porte plus ensuite que pour les jours de fête. Quelques jours avantRoch Hachana, mon mari avait sorti son frac de l’armoire et l’avait enfilé en me demandant s’il lui allait toujours. Je lui ai répondu que sa taille ne semblait pas avoir changé. Tout à coup, mon mari a pris une mine effarée…Portant sa main vers la poche intérieure du frac, il retira…Ma bague en diamant! Muets de stupeur, nous nous sommes laissés tomber, l’un en face de l’autre, sur nos lits. La tension accumulée depuis des mois se relâchant brusquement, je me suis mise à pleurer. Mon mari a immédiatement téléphoné à sa mère pour lui annoncer la nouvelle. Un défilé a alors commencé dans notre maison, comme après une naissance. Ses parents, ses frères et finalement la grand-mère en personne sont venus examiner le bijou en manifestant leur joie.

On leur avait enlevé un fardeau. Ils m’ont tous demandé pardon pour m’avoir accusée d’irresponsabilité. Et se sont étonnés de ne pas avoir tout de suite pensé que le coupable devait être mon époux. A partir de ce moment, je suis devenue une véritable princesse. Des tonnes d’amour et d’excuses se sont déversées sur moi. De son côté, malgré les vexations reportées sur sa personne, mon mari était content pour moi. A partir de ce moment, j’en ai un tout petit peu voulu à mon époux pour les troubles que j’avais supportés par sa faute. Alors que lui, durant les longs mois où tous m’avaient crue coupable, n’avait jamais évoqué ma faute, je n’avais malheureusement pas suivi son exemple. Je ne manquais jamais de le narguer à ce sujet. Mon mari supportait tout cela en silence et il ne se plaignait pas.

Quinze ans ont passé. Notre vie s’est déroulée normalement. Nous avons eu sept enfants adorables. La grand-mère de mon mari avait quitté ce monde mais son diamant ornait encore mon doigt aux grandes occasions. Or un jour, l’idée me prend d’échanger ce diamant contre un autre bijou. Je me mets à la recherche du certificat de garantie accompagnant la bague. Il doit se trouver dans le double fond du coffret à bijoux dans lequel nous rangeons divers papiers importants. Il ne me faut pas longtemps pour la découvrir. La bague a été payée cinq mille dollars. A ce moment, un détail qui aurait pu passé inaperçu attire mon regard… J’attends le retour de mon mari, le cœur battant très fort. Il finit par arriver.
Je lui raconte mon histoire: prise d’envie d’échanger mon diamant contre une série d’autres bijoux.
– » Très bien » dit mon mari.
-« Le problème, c’est que j’ai cherché le certificat de garantie », lui dis-je en fondant en larmes.
-« Où est le problème? »
– » Le problème, c’est que durant quinze ans, je ne me suis pas rendue compte du mari bon et généreux que j’avais. Je ne mérite pas un mari aussi extraordinaire. Tu as agi de la façon la plus remarquable qui soit. C’est moi qui ai perdu le diamant. Et toi, sans que personne ne se doute de rien, tu as emprunté de l’argent et tu m’as acheté…une bague neuve. Tu as trouvé une bague parfaitement identique, au même prix, mais tu as oublié une chose…
 » La date… en disant cela, je lui mets sous les yeux le certificat de garantie avec la date de l’achat: le 14 Eloul.
« Tu l’as peut-être oublié mais moi, je m’en souviens très bien: nous nous sommes mariés le 9 Sivan. Cette bague a été achetée quatre mois après l’originale. » Ai-je dit en éclatant en sanglots.

Mon mari m’a alors raconté toutes les difficultés qu’il avait affrontées pour rembourser ses dettes. Mais le plus dur, me confia-t-il, était les pointes que je lui lançais.

Mon mari avait ainsi endossé des accusations imméritées pendant quinze ans afin d’éviter tout malaise à son épouse. Il avait agi selon les recommandations de Rabi Yohanan disant:  » Il vaut mieux se jeter au feu qu’humilier son prochain en public. »

Tags
Voir plus

Articles Liés

Check Also

Close
Close