'HanouccaFêtes juivesItshak Nabet

Les lumières du judaïsme

La paracha de Mikets s’ouvre sur une sombre image. Yossef atsadik est enfermé dans la prison royale d’Egypte. Malheureusement pour lui, cette situation n’est pas récente. Depuis douze ans, il attend une solution pour retrouver sa liberté. Une question brûle les lèvres de chaque juif: est-ce ainsi qu’on récompense celui qui accomplit la volonté divine? Souvenez- vous, il avait fui devant la femme de son maître, en abandonnant ses vêtements entre ses mains. Après un an de harcèlement, ce jeune homme de dix sept ans, seul dans un pays étranger, avait décidé de tout perdre: son honneur, son travail… afin de ne pas fauter. Il avait surmonté une des plus grandes épreuves de toute la Torah, et le voici coincé ici! Pourquoi Hachem n’a-t-il pas accompli un miracle en faveur de Yossef afin de le sauver de ce funeste sort?

Afin de répondre à cette question, intéressons- nous au commencement de cette histoire, la vente de Yossef. Lorsque ses frères voulurent le tuer, la Torah témoigne que Réouven entendit leur projet et le sauva. « Ne versez pas le sang », ordonna-t-il, « jetez-le dans ce puits. » Puis Yéhouda ajouta: « que gagnerons- nous à le tuer, vendons- le à des Yichmaélites. »Alors il le sortit du puits et le vendit.

Le rav Yéhouda Tsadka zrouto yagen alénou soulève une difficulté dans ce passage. Les sages nous disent que ce puits n’était pas vide, qu’il était plein de scorpions et de serpents. S’il en fut ainsi, pourquoi la Torah a-t-elle attribué ce sauvetage à Réouven? Au contraire, celui-ci ne l’a t-il pas mis en danger en le plaçant là-bas? Encore plus étrange, la Torah condamna l’acte de Yéhouda alors que c’est lui qui à tiré Yossef du puits!
Ce rav explique que même si Réouven avait mis en péril le corps de son frère, en le plaçant dans ce trou, cette solution permettait à Yossef de conserver son intégrité morale. Alors, qu’à l’inverse, Yéhouda avait sauvé Yossef d’une mort matérielle mais l’avait condamné spirituellement. En effet, cette caravane d’Arabes se dirigeait vers l’Egypte, la capitale mondiale de l’inceste et des mauvaises mœurs. Voilà pourquoi le sauvetage de Yossef fut attribué à Réouven et non à Yéhouda.

La Torah, à travers cet épisode, nous dévoile une notion fondamentale du judaïsme. Un juif doit se servir du matériel afin d’effectuer son service divin, mais celui-ci doit rester un moyen et non un but. L’objectif principal de notre venue sur Terre n’est pas de nous ménager une situation confortable ou de préparer un bel héritage à nos enfants. Nous sommes ici pour accomplir la volonté de notre Créateur et pour nous parfaire spirituellement par l’intermédiaire des mitsvot et de la Torah. Pour cela, il est vrai que nous devons travailler, nous marier, manger, dormir… Mais ne perdons pas de vue où est l’essentiel et où est le superficiel. Lorsque nous choisissons un conjoint, des études pour nous ou nos enfants, une maison ou un travail, il faut toujours chercher ce qui nous permettra de vivre notre religion au mieux. Voilà le message de ce sauvetage.

Grâce à cet enseignement, nous pouvons comprendre pourquoi Hachem n’a pas fait de miracle pour Yossef. La prison royale était l’endroit le plus adapté à sa sauvegarde spirituelle. Même si les conditions d’incarcération étaient très dures, cet endroit restait la meilleure récompense. Car qui sait combien de temps Yossef aurait résisté dehors, au milieu des femmes et des mauvaises fréquentations?

Nous célébrons actuellement la fête de Hanoukka. La mitsva principale consiste à allumer des bougies pendant huit jours. Pas de repas, de galette ni de loulav: le symbole de cette période est la lumière. En effet, nous commémorons la victoire spirituelle de la Torah sur l’idéologie grecque fondée sur le culte du corps et les plaisirs. Nos ennemis ont voulu déraciner notre foi et Hachem nous a sauvés. Pourtant, nous voyons davantage que l’allumage de simples bougies. Les juifs, aux quatre coins du monde se rassemblent, chantent et dansent, s’offrent des beignets et des cadeaux. »Savez- vous pourquoi? » demande la chanson. La réponse semble évidente: nous témoignons notre gratitude envers Hachem de nous avoir élevés grâce à ses misvot et de nous avoir donné la Torah. Eclairés par les lumières des bougies, nous sommes fiers d’être juifs et d’avoir une part dans le Dieu d’Israël. Nous prouvons ainsi que nous avons assimilé le message de notre paracha, et que l’essentiel de notre vie est notre judaïsme.

Tags
Voir plus

Articles Liés

Check Also

Close
Close