BéréchitItshak NabetParachaToledot

La portée de nos actes

par Itshak Nabet

« Voici la descendance d’Itshak fils d’Avraham, Avraham engendra Itshak. »

Notre paracha Toldot s’ouvre sur cette phrase étonnante. Puisque la Torah nous précise qu’Itshak est le fils d’Avraham, pourquoi répéter qu’Avraham engendra Itshak? De nombreuses réponses ont été données à ce sujet, dont notamment celle de Rachi zal surplace. Nous allons cependant essayer d’expliquer ce verset d’une autre manière, en suivant le Rav Efraïm Oved chlita.

La guémara de Baba Kama (97, b) nous apporte l’enseignement suivant:
« Quel aspect avaient les pièces de Jérusalem? Il y avait d’un côté David et Shlomo, et de l’autre était inscrit « Jérusalem ville sainte ». A quoi ressemblaient les pièces aux temps d’Avraham? Il y avait écrit sur une face: un vieux et une vieille, et sur l’autre un jeune et une vierge. » Rachi zal commente que le jeune et la jeune font référence à Itshak et Rivka, et le vieux et la vieille à Avraham et Sarah.

Il y a lieu de s’interroger sur ce passage du Talmud: pourquoi Itshak et Rivka sont- ils mentionnés sur les pièces d’Avraham avinou? Et pourquoi cette Breïta a-t-elle juxtaposé la description des pièces deJérusalem avec celle d’Avraham avinou? Enfin, pourquoi précisa-t-on »ville sainte » sur les pièces de Jérusalem?

Cet enseignement de la Guémara vient nous dévoiler la provenance de la sainteté de Jérusalem. Par quel mérite cette ville eut-elle le privilège d’accueillir le Temple et la présence divine? Ces pièces témoignaient que la source de cette spiritualité provenait de David et Shlomo Amelekh. En effet, leur pureté était tellement grande qu’elle imprégna ce lieu et le Beth Amikdach qu’ils construisirent. De même les secondes pièces révélaient qu’Itshak avinou puisa sa sainteté de l’investissement religieux de ses parents. Rappelez-vous: Avraham avinou n’avait vu sa femme qu’à l’âge de 75 ans, et Sarah s’était distinguée par sa tsniout en s’isolant dans sa tente lorsqu’il y avait des invités. L’élévation des futurs parents de la nation entraîna la naissance spirituelle d’Itshak avinou.

Comme vous le savez, chaque foyer juif construit une pierre du Beth Amikdach. Si un homme et une femme veulent fonder une maison dans laquelle réside la présence divine, il faut que le couple s’efforce de garder la sainteté dans ce lieu: c’est-à-dire qu’il se préserve devoir des choses interdites, de lire des ouvrages qui vont à l’encontre de la Torah et se garde de dire des vulgarités et du lachon ara. Ainsi, en s’attachant aux valeurs de nos ancêtres, nous pourrons bâtirde petits sanctuaires à l’image de David et Shlomo. Mais surtout nous aurons le mérite d’élever des enfants pieux à l’image d’Avraham et de Sarah. Car, comme nous l’avons vu, ces derniers héritent leurs forces spirituelles du travail des parents.

Ainsi, nous pouvons expliquer le verset de la paracha de la semaine: « Voici la descendance d’Itshak fils d’Avraham, Avraham engendra Itshak ». La Torah nous dévoile que toute la descendance d’Itshak, c’est-à-dire Yaakov et le peuple juif, provient du travail d’Avraham avinou, qui s’est élevé tout au long de sa vie à travers ses épreuves. A la lumière de cette leçon, prenons conscience de l’importance et de l’impact de nos actes. Chaque individu détient une responsabilité individuelle mais surtout collective dans la mesure où sa descendance sera à l’image de son investissement personnel. Alors essayons de nous élever de toutes nos forces afin de mériter une belle et grande progéniture qui sanctifiera le nom d’Hachem pour l’éternité.

Tags
Voir plus

Articles Liés

Check Also

Close
Close