HistoiresItshak Nabet

Mon bijoutier

par Itshak Nabet

Dans la paracha Béhar, nous avons expliqué l’importance de se mettre à la place de l’autre. Pour illustrer cette notion, voici une très jolie histoire de Haïm Walder.

Comment réagiriez-vous si quelqu’un que vous ne connaissez pas vous posait sur une table la somme de $ 10,000 et vous encourageait à vivre une vie décente? Cela vous semble bizarre mais c’est justement cette histoire qui m’est arrivé, et grâce à cet homme, je suis passé de la situation d’enfant de la rue au statut de père de famille avec une vie normale. Une histoire sur la foi dans les gens, et la véritable gratitude…

J’ai 44 ans mais ma vie est jalonnée d’expériences comme si j’en avais 70. Des l’âge de 10 ans, j’étais dans la rue. Je n’ai pas fait de solides études et ai passé 10 ans de ma vie en prison. Je n’écris pas mon nom, qui ne vous dira rien, mais qui est reconnu dans certains quartiers.

Je peux invoquer ici beaucoup d’excuses au sujet de mes délits et dire que je n’ai jamais vraiment eu de chance dans la vie, mais la toile de fond est que celui qui est en difficulté avec la loi est coupable, peu importe la taille de son dossier d’excuses.

Il y a six ans, peu de temps après avoir été libéré de prison pour la dernière fois, j’ai prévu de commettre un cambriolage dans un magasin de bijoux à Jérusalem. Je décidai d’aller repérer l’endroit pour planifier mon « action ». Je suis arrivé juste avant la fermeture. L’homme était seul. Je demandai à voir un collier afin de jeter un regard en général.

Le vendeur était très gentil et agréable. Il m’a montré toutes sortes de colliers, a couru vers son coffre pour en sortir d’autres. Avec cette erreur, j’aurais pu ramasser quelques livres d’or, mais je ne mélange pas « une joie dans une autre » Je suis venu pour jeter un œil, pas pour « travailler ».

Le vendeur m’a posé toutes sortes de questions. Il était intéressé par le fait de savoir ce que je faisais dans la vie, et je lui ai dit je ne travaillais pas en ce moment. L’homme a commencé à se sentir désolé pour moi, à me consoler et m’encourager, et là j’ai décidé d’arrêter avec ces histoires, avant qu’il ne commence à me plaire.

Au cours de notre conversation, j’ai entendu l’homme me dire: «Regarde, jeune homme, vous semblez être une bonne personne. J’ai de l’argent, et je peux vous le prêter pour investir dans quelque chose, peut-être des bijoux … et les revendre et ainsi vous faire une parnassa ! Qu’en dites-vous…? »

Je l’ai regardé comme s il était tombé de la lune, et avant que j’aie dit quoi que ce soit, il a couru à son coffre et a placé sur la table une pile de billets verts. « Vous avez ici dix mille dollars, » a-t-il dit.

«Dites-moi, êtes-vous fou? » lui ai-je répondu: «Vous ne me connaissez même pas et vous voulez me prêter de l’argent? ».

« Écoutez, Cela fait quarante-huit ans que je suis dans la profession, et j’ai l’œil pour reconnaître les gens bien. Vous semblez être une personne honnête, avoir un cœur d’or, et donc je vous fais confiance pour me rembourser le prêt. »

Ce genre de discours m’a presque bouleversé. Dans ma vie, jamais personne ne m’a fait confiance, même pour un shekel.

Je lui ai dit: « …Habibi, vous vous laissez emporter là… Vous ne me connaissez pas et je ne vous connais pas .Selon la pile de billets, vous allez me donner une grosse somme d’argent. D’où tenez-vous cette confiance et la certitude que vous me reverrez un jour ? »

Il me répondit: «Jeune homme, ne me demandez pas ! J’ai des yeux qui voient dans votre cœur, vous êtes un homme avec un cœur d’or – 24 carats comme mes colliers. Vous êtes un honnête homme, et je ne doute pas que vous allez me rendre cet argent…. ».

Je me suis assis là et j’ai pensé à ma bonne fortune. Au lieu d’être impliqué dans le vol – je reçois ici dix mille dollars en espèces, qu’est- ce qui ne va pas? Pourtant, quelque chose a chaviré dans mon cœur. Cet homme m’a donné sa confiance, et il n’a pas l’air d’être un riche bijoutier millionnaire. Maintenant, il est un peu comme un de mes amis, et je vais le voler? Je pensais qu’il valait mieux ne pas prendre l’argent et le dépouiller la semaine prochaine, mais pendant ce temps, l’homme a compté les dix mille dollars et il me les a donnés en me souhaitant bonne chance. Je suis parti totalement confus, avec un tas d’argent dans la main. Il est évident qu’il a demandé mon nom et je lui ai donné un faux nom. Il a écrit le nom, et je me suis retrouvé hors du magasin avec 10 000$.

Tout le chemin du retour, je pensais à ce qui s’était passé, et mon cœur se contractait. Quand je suis rentré, je me suis assis et j’ai commencé à pleurer comme un petit garçon. Qui m’a jamais cru? Mes parents? Mes professeurs? Avais-je déjà eu des gens honnêtes qui ont cru en moi? Peut-être que seuls les criminels me croient. Mais quel intérêt y a-t-il dans la confiance entre les voleurs? Répartition «équitable» des biens volés? Voici un homme honnête et droit, ceux que je regardais toujours de bas en haut – qui crois en moi et me donne du Kavod. Je savais qu’il récupérerait tout son argent, jusqu’au dernier centime. J’ai décidé que, chez lui, je ne volerai pas ! Adviendra ce qu’il adviendra.

Juste pour m’amuser, j’ai acheté une marchandise avec l’argent. Je l’ai vendu à profit, j’en ai racheté et vendu à nouveau. Jusqu’à en tripler le montant. Seulement, quatre mois plus tard, je suis retourné au magasin et lui ai apporté l’argent. Je me tenais avec les dix mille dollars et j’y ai ajouté deux mille de plus pour les intérêts. Je lui ai demandé de les prendre pour mon honneur, mais il a refusé.

Je lui ai demandé de nouveau comment il s’était permis de donner à une personne qu’il ne connaissait pas d’une telle somme, et il a dit: « L’expérience d’un homme lui a apporté la sagesse. Quand je t’ai vu, j’ai su que tu étais un homme digne et honnête, qui veut gagner décemment sa vie. Je t’ai vu en difficulté et j’ai décidé de te donner une chance. Va maintenant, jeune homme, subvenir à tes besoins et ceux de ta future famille et n’oublie pas de toujours venir acheter chez moi « .

Quels mots ! Il m’a détruit.

Je suis parti en larmes. A partir de ce moment là, je savais que ce que j’allais faire : devenir une personne honorable. J’ai décidé de faire Techouva. Je suis allé dans une Yechiva et j’ai commencé à observer les commandements. Cela n’a pas été facile. J’ai eu des épreuves mais je les ai surmontées. Depuis, je suis une personne qui sait parler et faire bonne impression. Je me suis donc marié assez rapidement. Elle était tout le contraire de moi. Innocente, modeste, qui ne regarde jamais vers le haut et qui sait se contenter de peu. J’ai senti que c’était Dieu qui m’envoyait ce « bonheur » du ciel.

Nous nous sommes mariés. Après un an, je suis devenu papa d’une petite fille. Je suis allé chez le bijoutier pour acheter à ma femme un beau collier. Je l’ai payé grassement, et Dieu sait que je voulais en ajouter cent fois plus. Grâce à lui, j’ai enfin une vie décente, et une femme pieuse et merveilleuse que je n’aurais pas eu la chance d’épouser dans ma vie d’avant.

Parfois, j’avais la visite de « vieux amis » qui me proposaient des plans douteux, mais je refusais. Au début, ils étaient en colère, mais ils ont vu comment je vivais et ont réalisé que tout cela était fini pour moi. Ma femme ne m’a jamais posé de questions au sujet de mon passé mais je pense qu’elle était assez intelligente pour tout en comprendre elle-même, rien que par le visage de mes vieux amis.

Deux ans plus tard, elle donna naissance à un fils. Quelle joie ce fut…. J’ai fait une Brit mila grandiose. J’ai invité des rabbins et tous mes amis, passés et présents. Seul le bijoutier n’a pas été invité. Je craignais que quelqu’un parle de mon passé, ou peut-être qu’il reconnaisse quelques visages de suspects. Je me sentais mal à ce sujet, mais le lendemain, je suis allé acheter un bijou pour ma femme.

Je suis arrivé à la boutique et j’ai vu que l’homme avait vieilli de plusieurs années. Je lui ai demandé: « Qu’est-il arrivé, papa? » (Voilà comment je le surnommais), et il a commencé à pleurer, incapable de parler. J’ai posé mes mains sur ses épaules et ai essayé de le calmer, mais il ne pouvait pas arrêter de se lamenter. A la fin, il a réussi à me dire:… « Ne demande pas ! Il y a une semaine, on m’a cambriolé. On m’a tout pris, tout ! Tous les biens que j’ai accumulés dans ma vie, les bijoux achetés à crédit, les bijoux à réparer, et des centaines de milliers de dollars en espèces. Je suis ruiné ! Ils m’ont laissé des dettes pour toute une vie. Je suis maintenant un pauvre homme, je suis fini ! « ..

Il pleurait, et je me sentais furieux contre celui qui avait accompli cet acte criminel. Comment ont-ils osé? Je me suis alors souvenu que je voulais juste faire la même chose il y a deux ans. A l’époque, je n’avais pas de cœur non plus. J’ai essayé de le rassurer, mais il était complètement brisé. Je l’ai compris. Il y a cinquante ans, il a construit une entreprise et tout à coup, à l’âge adulte, il se retrouve dépossédé de tous.

J’ai acheté un gros bijou et lui ai dit: « . Soyez fort, je vous assure que tout ira bien. »

Il était assis sur une chaise et me dit en pleurant:  » Tu es une bonne personne ! J’aimerais que tout le monde soit comme toi »

Je quittai la boutique et je me suis dit: Il a pillé sans merci tout son argent, il est juste comme moi – comme je l’étais il y a deux ans « .

J’ai décidé de retourner voir mes anciens amis du monde criminel. Ils ont été surpris de me voir. Qu’est- ce que j’avais à chercher chez eux avec ma barbe et mes tsitits, ayant déjà admis que j’étais parti de ce monde du crime. Je leur ai dit sur un ton déterminé que je voulais savoir avant la fin de la semaine qui avait fait le casse chez ce bijoutier.

Dans les deux jours suivants, on m’avait donné l’information. Je ne peux pas révéler les détails, mais c’était l’un des plus gros criminels de la place. Un homme puissant et dangereux… Pas du tout agréable de traiter avec lui.

Je suis venu jusqu’à lui et ai demandé à lui parler. Il connaissait mon nom. Je lui ai parlé en langage codé et lui ai dit que les marchandises devaient revenir à leur place d’ici la fin de la semaine où il aurait affaire à moi.

Il m’a regardé et m’a demandé de réfléchir à mon discours parce que cela sonnait comme une déclaration de guerre, et que des gens comme lui n’ont une seule tactique de guerre – les voitures qui explosent, les tirs etc. Je lui ai dit: « Vous pouvez le prendre comme vous voulez, mais les marchandises doivent revenir à leur place d’ici la fin de la semaine.. ». Il a passé quelques appels, et avec ce qu’il a entendu à mon sujet, il m’a assuré qu’il me rapporterait tous les biens et l’argent à la fin de la semaine.. Et en effet, le vendredi, deux messagers sont venus à mon domicile avec des valises et m’ont rendu le butin volé.

C’est ainsi que samedi soir je suis parti chez mon bijoutier J’ai pose les deux sacs avec une note. J’ai sonné et me suis caché. Je l’ai vu ramasser les valises… Il était tout heureux et plein de gratitude.

Je suis rentré à la maison dormir avec une immense joie dans le cœur. Ma femme m’attendait, inquiète… Je lui ai dit: « Tu as maintenant un homme bon et juste, je fais Techouva, totalement.». Elle n’a rien dit et m’a juste regardé… Je savais qu’elle me croyait. Dieu la bénisse. Femme juste et extraordinaire. Je ne sais pas pour quels mérites j’ai pu avoir une telle femme !

Aujourd’hui, je vis et gagne ma vie avec dignité. Je suis heureux et content de mon sort. Je remercie Dieu pour mon destin, ma chère femme et mes enfants adorables. Et surtout les cinq minutes de confiance qui m’ont été données. Une confiance que je ne méritais pas…

Cette histoire a une grande portée morale. Quand je pense tout cela, je me dis: « Peut-être est -ce que dont nous avons besoin dans la vie ? Un peu de confiance ? Un certain crédit??? » …

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page