BamidbarItshak NabetKora'hParacha

La gravité de la dispute

par Itshak Nabet

Cette semaine, dans la paracha Korakh, la Torah nous raconte une des premières disputes qui déchira les bné Israël. Après l’interdiction d’entrer en Terre Sainte à cause de la faute des explorateurs et les nombreuses punitions célestes dans le désert, la popularité de Moché Rabénou a sérieusement chuté.

C’est à ce moment que Korah décida de mener sa révolte. Ce cousin germain de Moché Rabénou était un des grands de cette génération,tant au niveau spirituel que matériel. Cependant, vexé de ne pas avoir été élu chef de la tribu de Lévi, il s’engagea dans une révolution qui lui coûtera très cher. Il passa de tribu en tribu et expliqua au peuple que Moché avait inventé de toutes pièces de nombreuses Mitsvot. En outre, il avait favorisé les membres de sa famille en plaçant son frère Cohen Gadol grand prêtre, et en séparant les Léviim et Cohanim du reste du peuple. En peu de temps, le feu se répandit dans le camp.

Des centaines de chefs des tribus se dirigèrent vers la tente de Moché pour revendiquer le droit au service dans le Temple. Moché Rabénou tenta de se défendre et de gagner du temps, Il leur proposa une preuve irréfutable qu’Aaron fut bien choisi par Hachem comme Cohen Gadol: « Que tout celui qui se prétend apte à ce poste apporte demain des encens à Hachem dans le sanctuaire. Cependant, sachez que seul le Cohen Gadol choisi par le Créateur sortira vivant! » Hélas, Moché ne découragea pas ses opposants avec ce test. Le lendemain matin,Korakh et ses 250 associés se tenaient prêts à effectuer ce service divin.

Hachem apparut alors dans la tente d’assignation et annonça que tous les rebelles et leur famille disparaîtront. Moché rabénou essaya une dernière fois de dissuader les militants: il parcourut environs 2,5km pour aller tenter de dissuader Datan et Aviram. Cette tentative, elle aussi, échoua, Ces réchaïm refusèrent même de lui ouvrir leur tente. Moché s’adressa alors au peuple: « Vous allez avoir la preuve que chacune de mes paroles a été dictée par le Tout Puissant. Si Datan, Aviram, et Korakh meurent de manière habituelle, je reconnaîtrai qu’Hachem ne m’a pas envoyé ». Il se tourna alors vers Hachem et demanda de punir ces impies par une mort unique dans l’Histoire. Au moment même où il acheva sa prière, un miracle prouva que Korakh et son assemblée s’étaient trompés. La terre s’ouvrit à l’endroit où étaient plantées les tentes de Korakh, Datan et Aviram. Leurs familles et tous leurs biens furent ensevelis. De l’autre coté du camp, dans le Temple portatif, un feu céleste descendit et consuma les 250 chefs qui avaient apporté de l’encens. Korakh, quant à lui fut châtié des deux punitions: il brûla puis fut englouti dans la terre.

De nombreux commentateurs s’étonnent face à la fin tragique de cet épisode. Pourquoi, dans un premier temps, les enfants des associés de Korakh trouvèrent-ils la mort? De plus, pourquoi, Moché Rabénou, qui prenait toujours la défense du peuple et qui priait à chaque erreur pour qu’Hachem sauve les fautifs, demanda-t-il ici que les rebelles soient punis si sévèrement?

Depuis la création de notre nation jusqu’à nos jours, notre peuple a subi beaucoup de malheurs, d’exils et de persécutions. Cependant, un des fléaux qui fit le plus de ravages se nomme la discorde. Combien de communautés, de synagogues et de familles furent déchirées et détruites à la suite de disputes? La royauté de David fut scindée par des luttes internes, et la destruction du second temple et l’exil que nous subissons depuis deux mille ans sont les fruits de la dispute entre deux hommes…Comme le disent nos sages ( Derekh Erets Zouta chp 9) : » une maison dans laquelle règne la discorde sera finalement détruite, une synagogue dans laquelle règne la discorde verra ses fidèles dispersés et restera déserte,et dans une ville où règne la discorde le sang sera versé. » Hélas,nous sommes tous conscients de cette réalité. Lorsqu’une dispute éclate, celle-ci se répand comme un feu de forêt et consume tout sur son passage. Combien de couples se déchirent pour des bêtises et détruisent ainsi la vie de leurs enfants?

Le Méam Loez explique l’attitude de Moché Rabénou à l’aide d’une parabole. Un soldat revient du front avec une blessure au bras très infectée. Après un examen médical, les professeurs sont unanimes. Si ce jeune homme n’est pas amputé rapidement, le mal peut se propager vers les centres vitaux et entraîner la mort du malade. Même s’il n’existe pas d’acte plus cruel que de couper un membre à un être vivant, il est évident que les médecins qui opèrent ce malheureux agissent avec compassion. En effet, grâce à cette opération, ils le sauvent d’un mort certaine. Lorsque Moché Rabinou vit à quel point la révolte s’était propagée, il comprit qu’il n’existait pas d’autre solution. Pour sauver le reste du peuple, il fallait amputer le membre contaminé. Sa prière était bel et bien une preuve de compassion envers le peuple. Le Rav Schmoullowitch zal explique au nom du Ramban zal que le comportement des parents ressemble à des graines semées chez les enfants. Ainsi la colère et les idées de l’assemblée de Korakh se trouvaient déjà de façon latente chez leurs enfants. Hachem savait que si les enfants grandissaient, la même dispute éclaterait quelques années plus tard et entraînerait encore la mort et la destruction. C’est pourquoi cette terrible révolte aboutit à la mort de tous les partisans impliqués.

Cependant, il nous reste à comprendre pourquoi Moché demanda une mort si spectaculaire. Pourquoi fallait-t-il que la terre s’ouvre et avale tout? Si toute l’assemblé de Korakh avait eu une crise cardiaque en même temps, cela n’aurait-il pas été suffisant? Moché Rabénou voulait montrer à quel point la dispute est une faute grave et destructrice. Une mort normale ne suffisait pas pour punir une erreur comme celle-là. Il fallait quelque chose de spécial, que l’enfer s’ouvre sous les pieds de ces impies.

Voilà un des messages de cette paracha. Nous devons tout faire pour fuir les disputes comme on fuit la peste. A l’image de Moché Rabénou, nous devons oublier notre honneur, les affronts et tout mettre en oeuvre pour arrêter les querelles existantes. Et c’est bien évidement dans nos foyers qu’il faut être vigilant. Il ne faut jamais souffler sur les braises. Si parfois notre conjoint nous blesse, il faut se taire et tout faire pour retrouver la paix du foyer. Alors qu’Hachem nous protège de toute dispute, et qu’il fasse régner la paix dans nos couples, dans nos communautés et au sein de notre peuple, amen ken yéhi ratson.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page