ChémotItshak NabetParachaVayakel Pékoudé

L’importance de l’étude

par Itshak Nabet

Les parachiots que nous lirons ce Shabbat avec l’aide de D. contiennent la construction du temple portatif dans lequel résidait la présence divine. Le Midrach Tanhouma, fin parachat Pékoudé, raconte que lorsque le travail fut achevé, le peuple n’arriva pas à mettre sur pied cet immense édifice. Après beaucoup d’efforts, ils allèrent voir « les responsables du chantier » Betsalel et Oliave pour avoir de l’aide, mais rien n’y faisait.

Les hommes fatigués et furieux devant cet échec se présentèrent à Moshé Rabbénou. Celui-ci triste de n’avoir pu participer à cette grande Mitsva, étudiait la Thora, lorque la foule vint se plaindre: tout ce que tu as dis nous l’avons fait, alors pourquoi ne tient il pas debout? Hachem dit alors à Moshé, lève le Mishkan afin que tous sachent que sans toi, il n’y aurait pas eu de Temple.

Le rav Moshé Tsadka Chlita explique qu’Hachem a voulu ancrer dans le cœur des juifs que la Thora est plus importante que les qorbanot (sacrifices), qui se dérouleront dans ce temple portatif. Les sacrifices ont deux objectifs: le premier d’expier les fautes involontaires et les mauvaises pensées, ce sont les qorban Ola, Acham ou Hatat qui seront expliqués dans le sefer Vayikra. Par l’intermédiaire du sacrifice un homme faisait Téchouva et était pardonné. De même l’étude de la Thora expie les fautes de l’homme, comme c’est écrit dans Michlé: la bonté et la vérité expient les fautes, or la Thora est appelé vérité nous explique le Chaaré Techouva (4, 11) et elle le protège des souffrances causées par les fautes.

Mais la guémara de Quidouchin (30,b) rajoute qu’Hachem nous a dit: »J’ai créé le mauvais penchant et j’ai fabriqué son remède, la Thora ». C’est en cela que l’étude est plus efficace que les sacrifices car ces derniers permettaient l’expiation des fautes alors que la Thora déracine le mal à sa base, transforme l’individu, le soigne peu à peu et en fait un homme bon.

Le second but des sacrifices est de se rapprocher d’Hachem, ainsi le mot Qorban a la même racine que le verbe léqarev qui signifie rapprocher. Tout homme pouvait offrir des sacrifices pour témoigner son amour à son créateur en apportant un qorban Nedava par exemple. Et pourtant la guémara Shabbat (30,a) raconte que le roi David demanda un jour à Hachem de lui dévoiler le jour de sa mort. Celui-ci lui
répondit qu’il était impossible de dire cela à un humain. Alors dis moi quel jour de la semaine je dois partir? Shabbat. Je t’en prie, accorde-moi dimanche afin que l’on puisse me faire une oraison funèbre! C’est impossible, car c’est déjà le règne de ton fils Salomon et tu ne peux empiéter sur son temps. Alors vendredi? Cela non plus je ne peux pas, car je préfère un jour de ton étude à 1000 sacrifices qu’apportera ton fils!

Il ressort de ce passage du Talmuld que l’étude est plus appréciée par Hachem que les qorbanot. En effet, lorsque qu’un homme apprend la Thora il s’attache à la parole d’Hachem, or les sages nous disent que D… et la Thora ne font qu’un, ainsi car l’étude, l’homme s’attache à Hachem Lui-même. Ce qui signifie qu’il n’y a pas de moyen plus efficace pour témoigner son amour à son créateur que d’étudier sa Thora.

Nous pouvons ainsi conclure que même si le Temple n’est pas encore reconstruit, Hachem nous a dévoilé la voie pour se purifier et s’approcher de lui. Il faut pour cela augmenter notre temps d’étude de la Thora, essayer de rajouter chaque jour quelques minutes précieuses, de s’accrocher à l’arbre de vie et de la transmettre à nos enfants et à nos familles. Et si le temps nous manque en semaine, il faut s’efforcer d’étudier le Shabbat Quodesh. Prions pour qu’Hachem nous donne les forces d’apprendre et d’enseigner, de garder et d’accomplir les paroles de sa sainte Thora par amour afin que nos cœurs s’accrochent à ses Mitsvot.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page