BéréchitItshak NabetParachaVayétsé

Notre Mère Rachel

par Itshak Nabet

« Les chemins d’Hachem sont droits, les justes les emprunteront… » Ochéa (14, 10). Le rav Chlomo Bravda zrouto zagen alénou explique que ce verset fait référence à la Torah. Lorsque nous lisons le livre de Béréchit, nous devons chercher quelles sont les leçons qu’Hachem veut nous transmettre à travers la vie de nos aïeux. Comment nous élever, emprunter ces routes qu’ont tracées nos pères? Intéressons-nous à une des leçons importantes que nous enseigne notre paracha Vayétsé.

Yaacov avinou est parti chez son oncle Lavan afin de trouver une épouse. A son arrivée, il rencontre Rachel iménou. Hachem leur montra par prophétie que cette union donnera naissance au peuple d’Israël. Cependant, Rachel sait que son père Lavan est le roi des escrocs. Il ne la laissera jamais se marier avant sa grande sœur Léa.
Yaacov, pour empêcher toute supercherie, lui transmet des signes, des codes qui prouveront son identité. Yaacov avinou conclut un accord avec Lavan: il travaillera sept ans pour sa fille cadette,Rachel. A l’approche du mariage, Lavan organise sa supercherie. Il rassemble toute la ville et demande à ses habitants d’être les complices de sa ruse. A la place de Rachel, Lavan donna Léa sous la Houpa. Personne ne savait que,depuis déjà sept ans, Yaacov avait anticipé cette trahison.

Et pourtant il est écrit:  » Ce fut au matin qu’il vit que c’était Léa « . Le Talmud,dans le traité de Méguila (13, b),enseigne que Rachel transmit les codes qu’ avait donnés Yaacov à sa sœur Léa, afin qu’elle ne soit pas humiliée. Rachel Iménou attend depuis sept ans de se marier avec son Hatan. Elle sait qu’ils doivent donner naissance aux douze tribus, qu’elle va devenir une des mères fondatrices de notre peuple. Elle n’hésita pas pour autant à sacrifier ce monde-ci et le monde futur afin que sa sœur ne soit pas bafouée! De plus, elle n’avait aucune garantie que Yaacov accepterait de se marier avec elle après. Yaacov aurait pu dire que si c’était la volonté Divine, alors qu’il en soit ainsi. Malgré tout, elle donna les signes à sa sœur.

Depuis la création du monde, les disputes et les jalousies entre frères n’ont cessé de détruire. La première fraternité entre Kaïn et abel s’acheva par un meurtre. Puis Ham, le fils de Noah, voulut empêcher la venue d’un autre frère. Cette haine se retrouva chez Ichmael et Itshak, Essav et Yaacov.Rachel fut la première qui, non seulement ne désira pas la chute de sa sœur, mais sacrifia son bonheur pour elle.

Si nous continuons dans l’histoire,nous pouvons voir comment ces descendants héritèrent de ce trait de caractère. Son fils, Yossef, fut vendu par ses frères en Egypte. Il devint le bras droit du Pharaon. Et même après la mort de Yaacov, il ne se vengea pas de ses frères et continua à leur faire du bien. Enfin Yossef eut deux fils, Ménaché l’aîné et Ephraïm le cadet. Lorsque Yaacov avinou décida de bénir le cadet en premier, Ménaché accepta avec joie. Et c’est une des raisons pour laquelle nous bénissons nos enfants pour qu’ils soient comme Efraïm et Ménaché. Nous voyons que cet amour fraternel fut transmis de père en fils jusqu’à devenir un des codes génétiques de notre peuple.

Hélas, à cause des exils, nous avons appris des goyim l’égoïsme et l’indifférence,et, pire encore,l’esprit de compétition et la haine gratuite. Nous avons délaissé l’enseignement de notre mère Rachel, et nous avons revêtu les habits de notre oncle Essav. Lorsque nous lisons ces sections de la Torah, nous devons prendre sur nous de nous élever pour suivre le bon exemple. Comme vous le savez, il existe aujourd’hui un livre sur les lois entre l’homme et son prochain, les préceptes de paix. Nous devons fixer un temps quotidien ou hebdomadaire pour étudier ces lois afin de respecter et d’aimer chaque juif comme notre propre frère.

Lorsque le premier Temple fut détruit et que les juifs furent exilés, le prophète Jérémie alla à Hévronpour demander à nos patriarches de prier pour les bné Israël. Chacun demanda miséricorde àHachem, mais la colère Divine ne s’apaisa pas. Il partit demander à Moché Rabénou de prier pour son troupeau. Hachem répondit:  » J’ai envoyé des prophètes afin qu’il arrête de servir des dieux étrangers. J’ai été patient, Je me suis tu, J’ai eu pitié…Mais la limite a été dépassée. » Alors Rachel Iménou prit la parole et dit: « Maître du monde, pourquoi une punition si sévère? Si c’est parce qu’ils ont fait entrer des dieux étrangers dans Ta maison, n’ai- je pas fait entrer une concurrente dans ma maison? N’ai-je pas supporté toutes ces années pour ne pas lui faire honte? Toi qui es Patient, Miséricordieux, Bon…Ne peux tu pas supporter une servante dans ta maison? » Hachem accepta la prière de Rachel iménou et promit que les exilés retourneraient sur leur Terre.

Nous avons plus que jamais besoin qu’Hachem nous pardonne et nous donne réellement le Pays de nos ancêtres. Alors imitons notre sainte mère, pardonnons, passons l’éponge, aimons chaque juif comme notre propre chair afin de voir la Délivrance finale le plus rapidement et le plus facilement possible, amen ken yéhi ratson.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page