BéréchitItshak NabetParacha

Le mérite de Loth

par Itshak Nabet

Nous trouvons, dans notre paracha Lekh Lekha et dans celle de Vayéra, un personnage très étonnant: Loth. Neveu d’Avraham avinou, il quitte son pays natal pour l’accompagner en Eretz Israël. La famine qui frappe la Terre Sainte les oblige à partir en Egypte. Avraham avinou, craignant pour sa vie, fit croire aux Egyptiens que Sarah était sa sœur. Finalement, Pharaon découvrit qu’elle était la femme d’Avraham avinou et les renvoya d’Egypte avec beaucoup de richesses. Soudain, une dispute éclate entre les bergers d’Avraham et ceux de Loth. Loth décide de quitter Avraham pour se rendre à Sodome, où il sera juge. Quelques années plus tard, les fautes de Sodome provoquent la colère Divine sur la ville. Hachem décide de la détruire. Seuls Loth et sa famille seront épargnés.

Lors de la destruction de Sodome dans la paracha Vayéra (19,29): « Pendant qu’Elokim détruisait les villes de cette région, Il s’est souvenu d’Avraham… » et sauva Loth. Le midrach demande pourquoi Hachem s’est souvenu d’Avraham. A priori, il aurait été plus logique de dire « Elokim se souvint de Loth et le sauva ». La Torah voulut nous enseigner par quel mérite Loth fut sauvé. Comme nous l’avons dit, Avraham avinou cacha aux Egyptiens que Sarah était sa femme, dans notre paracha Lekh Lekha. Or Loth aurait pu dévoiler ce secret et devenir riche. Mais puisqu’il sut se taire, Hachem le sauva de la destruction de Sodome.

Ce commentaire des sages amené par Rachi zal paraît très surprenant. Il est certain que pour échapper à une punition qui touche une ville entière, il faut avoir un mérite très grand. A plus forte raison lorsque ce sauvetage se déroule par l’intermédiaire d’un miracle. En quoi le fait de ne pas avoir dévoilé l’identité de sa sœur Sarah aux égyptiens et de ne pas avoir provoqué la mort de son oncle Avraham est-il un mérite?

Il existe une contradiction dans les propos de nos sages à propos de Loth. D’un côté, un Midrach l’appelle Tsadik Gamour, un vrai Tsadik. ( ToraTémima lekh lekha 13, 34). Effectivement, il n’hésita pas à quitter son pays natal, sa famille et tout ce qu’il avait pour suivre Avraham son maître et apprendre de ses actes. Et d’un autre côté, le Midrach le nomme Racha. Lorsqu’il se sépare d’Avraham avinou, de retour d’Egypte, il est écrit » Et Loth partit de l’est ( Quedem). » Rachi zal enseigne au nom du Midrach qu’il quitta celui qui a précédé le Monde et dit: « Je ne veux plus d’Avraham et de son Dieu. » Essayons de comprendre les paroles de nos maîtres, et comment un Tsadik Gamour peut devenir un Racha.

Rachi zal, un peu plus loin, répond que ce n’est pas une contradiction. Au début, Loth était Tsadik puis est devenu Racha. Que s’est il passé? Dans le livre Tséda Laderekh, le rav Issakhah Beer explique que Loth changea en Egypte. La débauche était tellement forte dans ce pays qu’elle influençait les personnes qui s’en approchaient. Ainsi, lorsque Loth sortit de Our Kasdim, il était Tsadik Gamour, mais après trois mois en Egypte, il se dégrada définitivement et devint Racha. Lorsqu’il retourna en Eretz Israël, il ne voulait plus rester avec Avraham avinou et accomplir les Mitsvot. Il vit que Sodome était une ville de débauche et il décida d’y habiter.

Nous apprenons de cette descente d’Avraham en Egypte une leçon très importante. Un homme est influencé non seulement par son entourage, comme nous l’avons vu à l’époque du Maboule, mais également par l’endroit dans lequel il se trouve. Lorsqu’un homme faute, il génère une impureté. Celle-ci, à grande échelle, peut à l’image des microbes contaminer les gens qui passent par là. Le Nétive ramène une preuve d’Avraham avinou. Lorsqu’il se rapprocha d’Egypte, il dit à sa femme: « Maintenant je sais que tu es belle. » Avraham avinou est âgé de plus de 75 ans: il est certain qu’il a déjà vu sa femme. Seulement, sa beauté n’a jamais occupé une place importante pour lui. Soudainement, il sentit que sa beauté était essentielle à ses yeux. Il comprit que le pays vers lequel il allait était un pays de débauche telle que son influence le touchait jusqu’ici. Si Avraham fut légèrement contaminé par cette impureté, Loth fut tellement imprégné par cette débauche qu’il ne pensait plus qu’à assouvir ses désirs.

Désormais,nous pouvons répondre à la question que nous avons posée. Lorsqu’Avraham dit à Pharaon que Sarah était sa sœur, il reçut beaucoup de cadeaux et d’argent de sa part. Loth était comme obsédé par la débauche. Il savait que s’il dénonçait son oncle, tout l’argent lui reviendrait. Cette fortune lui ouvrirait les portes des plaisirs. Or, bien qu’il se trouvait dans un état second, il réussit à se dominer et se tut. Voilà en quoi il eut un grand mérite.

De notre paracha, nous devons apprendre qu’il existe un grand danger à aller dans des endroits impurs. Lorsqu’une personne visite des églises ou des temples d’idolâtrie en Asie ou en Amérique du sud, elle plonge dans une piscine de microbes spirituels qui peuvent l’éloigner définitivement d’Hachem. De même, les lieux de débauche, les boites de nuit, les cinémas peuvent laisser des traces profondément destructrices. Ce qui est vrai dans l’impureté l’est à plus forte raison du côté opposé. Ceux qui se rendent dans des maisons d’étude ou de prières, dans des lieux saints tels que le Kottel, dans la grotte de Makhpéla…se remplissent de sainteté. Ces vitamines spirituelles peuvent les aider à se rapprocher d’Hachem et à faire les Mitsvot avec plus de perfection. Ainsi David Amelekh disait-il: « Heureux celui qui se trouve dans Tes maisons « .

Inspiré d’une dracha du rav Yonathan Doumb chlita.

Nous vous souhaitons un très bon Chabat et vous disons à très bientôt.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page