Itshak NabetPensée JuivePirké Avot- Les Maximes des Pères

Pirké Avot :Trouver le bon chemin

par Itshak Nabet

« Rabi Yohanan Ben Zakaï dit à ses cinq élèves: sortez et regardez quel est le chemin bon auquel un homme doit s’attacher! Rabi Eliezer répondit qu’il faut posséder un œil bon, Rabi Yéochoua qu’il faut se lier à un bon ami. Rabi Yossi qu’il faut habiter avec un bon voisin. Rabi Chimon qu’il faut prévoir le futur et Rabi Elazar qu’il faut avoir un bon cœur. Il leur dit: je suis d’accord avec Rabi Elazar ben Arer car ses propos englobent les vôtres. »

Rabi Yohanan Ben Zakaï et ses élèves faisaient partie des plus grands sages de leur époque. Il semble évident qu’ils voulurent transmettre un message essentiel pour chaque juif: essayons de comprendre un des sens de cette discussion.A ces fins, intéressons-nous à quelques détails de cette maxime. Pourquoi Rabi Yohanan demanda-t-il à ses disciples de chercher « le chemin bon »? Il aurait dû leur dire « le chemin « droit » auquel l’homme doit s’attacher ». De plus, pourquoi a-t-il utilisé l’expression « auquel un homme doit s’attacher »? Il aurait été préférable de dire: »regardez le chemin bon dans lequel un homme doit aller »…

Il est écrit dans le Zohar que le but de chaque juif sur Terre est de s’accrocher à Hachem par le biais de la pratique des mitsvots qui sont les meilleurs outils pour y parvenir. Rabi Yohanan appela ses élèves et leur demanda de chercher le meilleur moyen,pour un ben Israël,de réussir à s’accrocher à Hachem. Il utilisa le terme « bon « car il désirait le chemin qui permet de se lier au Créateur, ce qui constitue le Bien ultime. Ainsi pouvons-nous comprendre la réponse de chacun de ses élèves:

Rabi Eliezer ben Houkonoss dit qu’il faut posséder un oeil bon. Une des explications est que la meilleure façon pour se rapprocher de D… est de voir tout ce qui nous arrive d’un bon œil. Nous devons comprendre que tout vient de Lui et tout est pour le bien. Celui qui est toujours content de son sort et remercie le Tout-Puissant chaque jour sans regarder ses manques est sûr de s’accrocher à son Créateur. Celui qui accepte comment Hachem se comporte avec lui sans rien dire, Hachem accepte aussi, mesure pour mesure, son comportement sans rien objecter, même s’il lui arrive parfois de faire des erreurs. Ainsi celui qui emprunte ce chemin restera dans ce monde-ci et dans le monde futur uni à la Source de Vie.

Rabi Yéochoua ben Hanania dit « un ami bon ». Chaque juif passe dans sa vie des moments difficiles. Comme il est écrit dans le livre Méor Einayim ,de même qu’Avraham avinou fut éprouvé à dix reprises, chaque bné Israel connaît dans sa vie dix épreuves importantes. C’est pourquoi le seul moyen de pouvoir rester attaché à Hachem dans les moments difficiles est de se lier à des amis qui ont la foi et la crainte de Dieu. Ainsi,dans ces périodes douloureuses, ses amis l’aideront, le soutiendront et lui donneront les forces de grandir sans pour autant se détacher du Créateur.

Rabi Yossi  dit « un bon voisin ».Il rejoint l’idée de Rabi Yéochoua. Seulement,selon lui, il ne suffit pas d’avoir de bons amis, car ceux-ci ne sont pas toujours avec lui dans les difficultés. A l’inverse,celui qui vit avec de bons voisins est sûr de trouver de l’aide quand il en a besoin. Or nous savons que c’est souvent lorsqu’un juif est seul qu’il succombe à la tentation du mal. C’est pourquoi,grâce à ses bons amis et de bons voisins, un homme peut surmonter toutes ses épreuves et accomplir sa mission.

Rabi Chimon ben Natanael dit qu’il faut prévoir le futur. Le Maguid de Mézritch expliquait qu’un juif doit sans cesse réfléchir aux conséquences de ses actes. Il doit se demander en permanence:  « ce que je vais faire va-t-il me rapprocher du Créateur ou m’en éloigner »? Ainsi,en s’interrogeant et prévoyant chacun de ses faits , un homme se lie continuellement à Hachem.

Enfin Rabi Elazar ben Arer répondit « un cœur bon », c’est-à-dire avoir de bonnes midots (traits de caractère) pour se comporter comme il faut. Ainsi,en imitant le comportement d’Hachem, un juif peut-il se rapprocher de Lui. De même qu’Il est miséricordieux, sois miséricordieux, de même qu’Il est bon, patient…voilà comme un bné Israel doit se comporter, pour pouvoir s’unir à Lui.

Rabi Yohanan  estima ce dernier chemin comme le meilleur.Celui qui ne possède pas de bons traits de caractère, celui qui est orgueilleux, égoïste, coléreux…ne peut en aucune façon s’attacher à Hachem. C’est pourquoi il  précise que le début de la route résidait dans le raffinement de nos caractères. Chacun doit connaître quelles sont ses mauvaises midots pour commencer à s’améliorer un  peu chaque jour. C’est pour cela que ce « chemin » est indispensable et inclut tous les autres .Même si c’est le travail de toute une vie, nous devons savoir que celui qui veut se purifier, Hachem l’aide. Ce qu’Il attend de nous c’est juste que nous commencions le travail de vouloir vraiment nous améliorer. Alors ne repoussons pas l’entreprise à demain, démarrons dès à présent le chantier qui nous mènera à notre but, celui de nous lier à notre Créateur.

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page