BéchalakhChémotParacha

Remercier d’être en bonne santé

par Itshak Nabet

 

Dans la paracha Béchalakh, la Torah nous raconte comment les bné Israël traversèrent la mer de Joncs et bénéficièrent de miracles dans le désert pour boire et manger. Après nous avoir sortis d’Egypte, Hachem fit une promesse surprenante :

« Si vous écoutez la voie de votre Dieu, et si vous faites ce qui est droit à Ses yeux, alors toutes les maladies que J’ai placées en Egypte ne viendront pas sur vous, car je suis Hachem ton médecin. »

De nombreux commentateurs s’interrogent sur cette phrase: si les maladies ne viennent pas sur nous, alors pourquoi avoir besoin de médecin ?

Certains répondent que les médecins ont deux rôles : celui de guérir les malades et celui d’aider les bien-portants à rester en bonne santé. Ainsi, en faisant la Torah et les Mitsvot, le Créateur veillera à notre bonne santé.

De la même manière, il existe une médecine préventive et une médecine curative. La première consiste à donner des conseils d’hygiène au sens large ainsi qu’un dépistage des maladies. Alors que la seconde a pour objectif d’obtenir la guérison d’une personne malade.

Nous savons que tout ce qui existe dans le monde matériel possède une équivalence dans l’ univers spirituel. Nous connaissons bien « la médecine curative » spirituelle : en lisant des Téhilim, en priant dans la Amida dans Réfaénou ou en demandant des bénédictions à des Tsadikim, nous pouvons aider des malades à guérir. Il y a donc lieu de se demander quelle est la médecine préventive spirituelle. Qu’est-ce-qui peut nous aider à rester en bonne santé ?

Le rav Chimchon Pinkous zal enseigne qu’en disant la bénédiction « Acher yatsar » comme il se doit, nous pouvons éviter de nombreuses maladies. La bénédiction d’Acher Yatsar a été instituée par Abayei. La Guemara écrit: « Abayei a dit: quand une personne sort des toilettes, elle doit dire: Béni sois-Tu l’Eternel notre D.ieu, Roi de l’univers, qui a créé l’homme avec sagesse et y a créé des ouvertures et des organes creux. Il est « dévoilé » (clair) et connu devant Ton trône de gloire que si l’un d’entre eux se bouche ou s’ouvre, il est impossible d’exister ne serait-ce qu’un moment. Bénis sois-Tu l’Eternel, Guérisseur de toute chair, Qui fait des choses extraordinaires. »

Dans cette bénédiction, nous ne remercions pas Hachem de soigner les malades mais le louons d’être le médecin du corps des hommes. C’est-à-dire de veiller au bon fonctionnement de notre organisme. Un pilote d’avion raconta à ce rav qu’après chaque vol il fallait faire un rapport sur les pièces défectueuses de l’avion. Puis une équipe de techniciens venait réparer ou remplacer ce qui n’allait pas. Car il y a tellement de pièces dans un avion qu’il est presque certains que quelque chose s’est abimé.

C’est pareil pour le corps humain. Il existe tellement de problèmes Has Véchalom qui peuvent survenir que c’est un miracle que tout se passe bien, naturellement. Hachem veille sur notre santé. Voici pourquoi Abayei disait qu’il est important de réciter acher yatsar. Hélas, on prononce souvent cette bénédiction sans concentration, en faisant autre chose, lorsque nous n’oublions pas de la faire.

Alors que la maladie rôde autour de nous, nous pourchasse dans toutes les régions du globe et frappe sans pitié, nous devons essayer de changer cette mauvaise habitude. Prenons quelques secondes en plus pour remercier Hachem, du fond du cœur, de pouvoir respirer sans machine, d’avoir le goût et l’odorat. En faisant ce travail, nous pouvons éviter de nombreux Téhilim et de réfaénou. Alors qu’Hachem soigne tous les malades de notre peuple et qu’Il continue à garder les autres en bonne santé, amen ken yéhi ratson .

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page