BamidbarBéhaalotékhaItshak NabetParacha

Allumer la Ménora

par Itshak Nabet

La paracha de la semaine, Béalotékha, s’ouvre sur l’ordre donné à Aaron d’allumer la Ménora, le chandelier en or qui se trouvait dans le Beth Amikdach. Le Midrache,selon Rachi zal,explique que lorsqu’Aaron vit chaque chef de famille apporter un sacrifice lors de l’inauguration du Temple, il fut triste de ne pas avoir été convié par Hachem, en tant que prince de la tribu de Lévi. Hachem le consola et lui dit: « Je te jure que ta part sera la plus grande, car toi tu allumeras les bougies de la Ménora. » Voilà pourquoi la Torah juxtaposa les sacrifices des princes avec cette Mitsva. Le Ramban zal s’étonne de cette explication. Premièrement,pourquoi Aaron était-il triste alors qu’il avait déjà apporté de nombreux sacrifices lors de cette inauguration? De plus,même s’il avait été peiné, pourquoi l’allumage des bougies le consola plus que les autres services qu’il accomplissait au Temple? En effet, Aaron Acohen pouvait apporter le sacrifice du peuple le matin et le soir, il faisait brûler de l’encens et était le centre du service de Yom Akippourim…Alors pourquoi est-ce l’allumage des bougies de la Ménora qui lui rendit la joie?

La rav Schmouellowitch zal amène un autre Midrache afin de répondre aux questions du Ramban zal. Il est écrit dans Bamidbar Raba (15,5) que lorsque les bné Israël reçurent l’ordre d’allumer la Ménora au Beth Amikdach, ils demandèrent à Hachem: Maître du Monde, Tu es la lumière du Monde, pourquoi nous demandes-Tu de t’éclairer? Alors Hachem leur dit: C’est vrai que Je n’ai pas besoin de votre lumière, mais Je vous demande de M’éclairer de la même façon que Je vous éclaire afin de me rendre ce bien que Je vous fait… Nous voyons donc de ce texte que la Ménora diffère entièrement des autres services du Temple. Elle ne vient pas pour expier les fautes du peuple. Lorsqu’Aaron Acohen allumait les bougies, il pouvait « rendre » un peu des bienfaits que le Créateur nous donne au quotidien.

Pour comprendre un peu mieux cette réponse du rav Schmouellowitch, nous allons nous aider d’une idée que le rav Dessler zal développa dans son oeuvre Mirtav Eliahou. Il explique (dans le tome 1 page 50) qu’il existe deux manière de servir Hachem. Nous pouvons accomplir le service dans la crainte. Etudier la Torah et faire les Mitsvot dans l’unique but de ne pas prendre sur la tête toutes les malédictions écrites dans la Torah, afin de ne pas endurer les souffrances de l’enfer… Cependant Hachem désire plus que cela. Nous devons parvenir à faire sa Volonté par amour pour Lui. Comme nous le disons dans le Chéma: Ce sera lorsque vous ferez mes Mitsvot…afin d’aimer Hachem votre Dieu et de le servir de tout votre coeur et de tout votre âme. Essayons de comprendre comment parvenir à L’aimer…

Le Rav Dessler développe dans son Kountrass Ahéssed qu’Hachem créa l’homme avec la possibilité de donner et de prendre. Le pouvoir de donner s’exprime par notre capacité à faire le bien sans rien attendre en retour. A l’inverse, il existe une seconde nature que nous pousse à attirer tout ce que l’on peut vers nous. Cette attitude égocentrique qui développe l’amour de soi représente la source de tous les mauvais comportements, le vol, la colère, le meurtre, les relations interdites…On a souvent l’impression que l’on aime les personnes qui nous font du bien. La vérité, c’est que l’on aime le bien que l’on reçoit d’elles. Le seul moyen d’aimer une personne, c’est de donner. Et plus on va s’investir dans notre relation avec notre conjoint, nos enfants, nos familles et notre entourage, plus on va faire naître au fond de nous un véritable lien, un amour sincère.

Cependant il est très difficile de donner gratuitement. C’est pour cela que nous devons toujours essayer de trouver le bien que les autres nous font. Car plus nous prendrons conscience des bienfaits que les autres nous procurent et plus nous trouverons les forces de changer de nature, d’apprendre à donner sans arrière-pensée et donc à aimer.

Aaron était jaloux des cadeaux que les autres princes avaient apportés à Hachem. Le Créateur le consola en lui donnant l’allumage des bougies de la Ménora. Comme nous l’avons expliqué, ce service n’avait pas pour but d’effacer les fautes, et donc de prendre. Cette Mitsva, permettait à Aaron Acohen de « donner » à Hachem. Grâce à elle, Aaron pouvait atteindre le but de la Création: arriver à aimer le Tout Puissant. Voilà pourquoi sa part était bel et bien supérieure. Même si nous n’avons plus le Temple, nous pouvons cependant parvenir à cet amour d’Hachem. Il nous faut simplement réussir à ressentir les bienfaits qu’Il nous procure à chaque instant, afin d’effectuer les Mitsvot pour Lui et non pour nous. Alors qu’Hachem nous aide à devenir ces donneurs sincères, qu’Il nous ouvre les yeux afin d’atteindre l’amour de notre prochain et celui de Dieu, Amen ken yéhi ratson.

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page