BamidbarItshak NabetKora'hParacha

Apercevoir la vérité

par Itshak Nabet

Dans la paracha de la semaine, Korakh, la Tora nous raconte la révolte de Korakh et de son assemblée contre Moché et Aaron. Le premier réussit à entraîner une partie du peuple à se lever contre ses dirigeants en leur reprochant de s’être octroyés, seuls, le pouvoir et le titre de Cohen Gadol (de grand prêtre). Moché Rabénou leur proposa,pour les calmer, une épreuve afin de déterminer qui sera l’homme choisi par Hachem pour être le Cohen Gadol: « Que tout celui qui revendique le poste vienne demain apporter de l’encens en sacrifice dans le sanctuaire. Mais sachez que seul le prêtre élu par Hachem en sortira vivant ». Ainsi, deux cent cinquante chefs communautaires et Aaron se présentèrent au rendez- vous.

Lors de cette triste cérémonie, tous furent consumés par un feu céleste, à l’exception d’ Aaron. Lequel prouva ainsi au peuple qu’il avait bien été désigné par Hachem.

Lorsqu’on étudie ce passage de la paracha, on peut demeurer étonné face à la réaction des deux cent cinquante candidats. Puisque Moché leur avait précisé que seul l’élu d’Hachem resterait en vie, comment tous ces chefs de tribunal purent-ils sortir avec une telle conviction de leur réussite? En effet, pas un seul ne rebroussa chemin! Comment ont-ils pu se mettre, sans aucun tremblement, face à un tel danger?

De cet épisode, nous pouvons retenir une grande leçon. Lorsqu’une personne désire une chose et qu’elle est convaincue que ce qu’elle fait est bien, elle peut sous-estimer même les vérités les plus évidentes. Ainsi, chaque chef était tellement persuadé qu’il était l’élu, que, pour lui, il était invraisemblable qu’il aille mourir. Même si les chances de succès paraissaient infimes, une sur deux cent cinquante et une, le danger à leurs yeux n’existait pas! Et c’est ainsi que tous se présentèrent, face à Aaron, remplis de confiance.

Nous devons savoir que nous sommes, quotidiennement, confrontés à ce genre de situation. Par exemple, nous savons tous que des milliers de gens meurent d’accidents de la route chaque année, sans parler de tous les rescapés et paralysés, lo alénou. Tout le monde sait qu’un accident de la route n’est pas une mort naturelle. Chaque conducteur a appris, pendant ne nombreuses heures,le code de la route, les limitations et les interdictions qui préservent de ces malheurs. Et pourtant, combien voyons- nous de personnes rouler à des vitesses excessives ou qui se mettent en danger, elles et leurs familles, pour gagner quelques secondes? Ne désirent-elles pourtant pas vivre en bonne santé? De plus, au volant, se trouvent souvent des gens intelligents, avocats, médecins, cadres, ou même moins instruits mais tout aussi désireux de vivre?…Alors, où est passé leur bon sens?

La réponse se trouve dans ce que nous avons dit plus haut. Un homme qui veut une chose peut arriver à se corrompre. Face à sa volonté d’accomplir son désir, il fait tout disparaître. Même si la logique prouve que ce qu’il fait n’a pas de sens, car il peut avoir un accident à tout moment… Pour lui, ces malheurs n’arrivent qu’aux autres puisqu’il est assez fort pour éviter les accidents. Et comme nous ont dit les sages à propos des explorateurs: « ces impies ont vu ce qui était arrivé à Myriam, mais ils n’ont pas pris leçon ». Car tout homme qui ne veut pas voir la vérité peut se trouver face à elle et ne pas la reconnaître!

Or si un homme se cache les risques du monde matériel, comme la cigarette, l’alimentation ou encore la voiture…il faut savoir qu’il peut aussi se cacher aussi les vérités du monde spirituel. Nous savons tous que Dieu existe et que la Torah est authentique. Nous avons appris qu’après cent vingt ans, il faudra rendre des comptes sur chaque jour, chaque heure. Et que, là haut, il n’y a ni excuse ni subterfuge pour échapper au jugement. Pourtant, nous vivons tous avec la certitude que tout va bien se passer: » Hachem va être gentil avec moi. Il comprendra ma situation. » D’autres sont convaincus qu’ils feront Téchouva plus tard, qu’ils ont le temps. C’est pourquoi la Torah,cette semaine, nous a ordonné de ne pas être comme Korakh et son assemblée. Nous devons ouvrir les yeux et observer la vérité! Nous devons comprendre que la Torah et les mitsvot sont des cadeaux inestimables qu’Hachem nous a donnés pour nous rapprocher de Lui. Que tout celui qui fait Sa volonté est assuré de jouir de tous les bienfaits de ce monde et du monde futur. Et qu’il existe,a contrario, un véritable danger pour celui qui ne profite pas de la chance d’être juif. Alors,mes amis, ne laissons pas passer les années, ni les journées,et décidons dès à présent de saisir cette opportunité. Essayons de toutes nos forces de faire Sa volonté et de vivre avec cette Vérité devant les yeux chaque jour qu’Hachem nous offre.

Dvar thora inspire de « Diboura Eliahou »

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page