BalakBamidbarItshak NabetParacha

La faute de Baal Péor

par Itshak Nabet

Nous voyons dans la paracha de la semaine une des fautes les plus surprenantes de notre histoire. Les bné Israel tombèrent dans le piège des filles de Moav, et plus de 24000 juifs s’adonnèrent à la débauche et à l’idolâtrie de Baal Péor.

Ce culte consistait à manger et boire, puis à faire ses besoins devant une idole. La guémara dans Sanhédrin (64,a) raconte qu’une femme était gravement malade lorsqu’ elle prit sur elle de servir tous les statues du monde si elle allait mieux. Après sa guérison, elle se rendit un jour au temple de Baal Péor pour accomplir son vœu. Elle demanda au prêtre comment servir cette idole.Alors celui-ci lui expliqua qu’il fallait faire ses besoins devant la statue. La femme,choquée devant ces pratiques barbares,s’exclama « Je préfère retomber malade et ne pas faire une chose pareille ». Alors comment nos ancêtres,la génération du savoir, ont-ils pu se livrer à une pratique aussi repoussante?

Le rav Haim Schmulowitz zal explique que le culte de Baal Péor avait pour objectif de supprimer toutes les barrières morales et toutes les valeurs humaines. Car même si nous possédons tous un instinct animal, chaque société se dote d’ un code de conduite qui empêche l’homme de se livrer à ses pulsions bestiales. Les gens de cette secte proposaient au peuple de se défaire de toute contrainte. C’est pourquoi ils demandaient aux fidèles de faire leurs besoins devant l’idole afin de leur faire savoir qu’il n’existe dans cette religion aucune limite. Désormais,nous pouvons comprendre ce qui attira les juifs à pratiquer cette idolâtrie. Les bné Israël se trouvaient face à un dilemme:comment se débaucher tout en portant une kippa et des tsitsit? Alors ils décidèrent de retirer tout ce qui pouvait freiner leurs désirs bestiaux. Ils commencèrent par servir Baal pour accéder aux filles de Moav.

Il faut savoir que même si les sages de la Cnesset Agédola ont éradiqué le Yetser Ara de l’idolâtrie, le culte de Baal Péor se perpétue à chaque génération. Rappelez-vous ces intellectuels, artistes et étudiants des années 60 et 70, qui firent exploser les barrières de la pudeur et de la morale en banalisant drogues et obscénités en tout genre. Malgré leurs discours et leurs théories, il faut savoir que l’unique but de ces « penseurs » était de se permettre les derniers interdits d’une morale bancale. Ainsi,en se débauchant et en se comportant comme des animaux, ils mirent la dernière pierre à la théorie de Darwin et prouvèrent aux monde que l’homme descend bel et bien du singe.

Baroukh Hachem, nous les bné Israël, n’avons pas de doute sur l’origine de l’espèce humaine. « Et Dieu créa l’homme à son image »nous dit la Torah dans la paracha Béréchit. Le Ramban zal explique que Dieu prit de la poussière de la Terre pour former le corps de l’homme, comme Il le fit pour créer les animaux. Puis Il insuffla un souffle divin, c’est-à-dire qu’Il plaça une âme complètement spirituelle en lui. Ainsi l’homme possède-t-il dans son essence cette double nature: il est extérieurement animal et intérieurement divin. Comme il est dit dans le traité Hagiga (16,a) :l’homme mange, fait ses besoins et se reproduit comme les animaux. Et il pense, parle et se déplace verticalement comme les anges.

Le but de l’homme sur Terre est de s’approcher d’Hachem et de ressembler à son créateur. C’est pour atteindre ce but qu’Hachem nous donna la Torah et les mitsvot. En accomplissant le service divin, un homme s’élève spirituellement, purifie son corps et s’éloigne du coté animal qui est en lui. Voilà bien la lutte qui est la nôtre tout au long de notre vie. Nous devons faire le bien et nous sanctifier afin de prouver au monde que l’homme a été créé par Dieu et n’est pas un singe qui porte un jean et des lunettes.

L’homme possède ainsi la possibilité de se libérer des contraintes morales et de devenir semblable à l’animal, à l’image des bné Israël qui firent semblant de servir Baal Péor pour pouvoir se permettre les filles de Moav. Ou au contraire, par l’intermédiaire de la Torah et des mitsvot, il peut s’élever vers la spiritualité et accomplir le but pour lequel Hachem l’a créé. Comme nous pouvons tous le sentir, à l’approche de l’été, la partie animale qui sommeille en chacun se réveille. Cependant nous devons garder la tête froide, et ne pas oublier que nous sommes sur Terre pour sanctifier le nom d’Hachem et prouver au monde que l’homme est une création divine et non animale. Alors qu’Hachem nous donne la force de nous purifier et d’accomplir sa volonté…

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page