BalakBamidbarParacha

Le Foyer Juif

par Itshak Nabet

Dans la paracha de la semaine,Balak, la Torah nous raconte comment Hachem nous sauva des malédictions de Bilam le sorcier. En effet, après les victoires des bné Israël sur Sihon et Og,les rois d’Emorie, les habitants de Moav et Midianne tremblaient face à l’arrivée du peuple juif. Le Roi de Moav, Balak,demanda au célèbre sorcier Bilam de venir maudire les enfants de Yaacov afin de les détruire. Ce dernier apporta donc ses sacrifices à Hachem, et semblait fin prêt à projeter ses terribles malédictions. Cependant,à trois reprises, notre Créateur plaça dans sa bouche de magnifiques bénédictions qui nous accompagnent jusqu’à la fin des temps.

Lors de sa dernière tentative, il est écrit: »Et Bilam leva les yeux, il vit les enfants d’Israël camper par tribu et l’esprit divin résida en lui…il dit: » Qu’elles sont belles tes tentes,Yaacov, tes sanctuaires Israël… » Essayons de comprendre pourquoi,seulement lors de la troisième tentative de malédiction, la Torah précisa que l’esprit divin reposait sur lui… A priori, même lors de ses premières tentatives, il parlait par prophétie… Ensuite, quel lien existe-t-il entre sa vision des campements et la prophétie qu’il reçut?

Le Saba Mikelem zal explique que lors de ses deux premières tentatives, Bilam pensait qu’il pourrait réussir à maudire les enfants d’Israël.Mais on sait que les bénédictions qu’il prononça par prophétie provenaient des forces du mal. Ainsi il est écrit « Hachem appela Bilam », et Rachi zal commente que le terme « appeler » possède une connotation péjorative, honteuse. Comme si la Torah témoignait qu’Hachem ne désirait pas lui parler.En revanche, lorsque Bilam vit que les tentes des enfants d’Israël resplendissaient de pureté, que chaque porte était disposée pour éviter le vis-à-vis, il comprit qu’il ne pourrait jamais maudire le peuple élu. A ce moment, il reçut la véritable prophétie et déclara: « Quelles sont belles tes tentes Yaacov, tes sanctuaires Israël. »

Nos sages expliquent que cette prophétie de Bilam est le fruit de son étonnement. Lorsqu’il aperçut,au sein des familles juives, une telle chaleur, une joie débordante, une communion familiale, une bonne éducation…il demanda: » D’où provient la beauté de tes tentes Yaacov? » Et Hachem lui répondit par prophétie  » des sanctuaires d’Israël! » Lorsqu’une famille juive construit un foyer, son intention principale est que la présence divine repose dans cet endroit. C’est pour cela qu’elle essaie toujours de se comporter avec pureté, de s’habiller dignement, de parler proprement. Mais elle tente aussi de remplir cette maison d’étude de la Torah, d’actes de charité, de prières… Car lorsque la maison est imprégnée de sainteté, de Kedoucha,alors,automatiquement,les gens qui y habitent en sont imprégnés. Voilà une des raisons pour laquelle l’harmonie et de la joie résident dans les foyers juifs plus qu’ailleurs.

Nous pouvons retrouver cette idée dans une histoire qui se déroula à l’époque de la destruction du second Temple lors de la victoire des Romains. Ces derniers désiraient s’emparer des ustensiles du Beth Amikdach mais avaient peur d’y rentrer.Ils promirent alors d’offrir à celui qui oserait pénétrer le Saint des Saints la chose qu’il désirait le plus prendre. Un juif nommé Yossef Machita entra et prit pour lui le grand chandelier en or. Les Romains le lui confisquèrent et lui proposèrent de prendre un objet plus adapté à un individu lambda. Ce dernier répondit:  » J’ai déjà mis en colère mon Créateur une fois, je ne veux pas l’énerver une seconde fois. » Lorsque les Romains virent qu’il avait fait Téchouva, ils le torturèrent, pendant qu’il hurlait  » Malheur à moi car j’ai mis en colère mon Créateur. »

Tout le monde s’interroge à la lecture de cette histoire: comment un homme qui était aussi loin, qui osa pénétrer dans le Saint des Saints et qui vola la Ménora, a-t-il pu décider de mourir en sanctifiant le nom d’Hachem comme les plus grands tsadikim? De là, nous pouvons voir combien un homme est influencé par l’endroit dans lequel il vit. Ainsi, lorsqu’il résida quelques instants dans l’endroit le plus saint du monde, il fut entièrement imprégné et transformé par la kédoucha du Beth Hamikdach. En outre, s’il en est ainsi pour celui qui passe quelques minutes dans un endroit saint,on comprendra qu’un enfant qui séjourne une grande partie de sa journée dans sa maison est influencé par l’environnement qui y demeure. Ainsi,chaque mitsva, chaque mot de Torah qui voit le jour dans un foyer apporte un soutien aux enfants pour pouvoir grandir sainement.

Chacun peut donc comprendre la responsabilité qui repose sur nous,parents. Si nous laissons entrer dans nos maisons des vidéos, des images ou des comportements qui vont à l’encontre de la Torah, nos enfants en sont obligatoirement marqués. C’est pourquoi celui qui veut le bien pour sa famille doit exiger que sa maison respire la sainteté. Nous devons pouvoir créer un espace sans violence verbale, physique et morale afin de laisser une petite chance à notre descendance de pousser droit. Alors qu’Hachem nous donne les forces de fonder des maisons pleines de joie et de Mitsvot afin de faire résider la présence divine parmi nous, amen ken yéhi ratson.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page