BalakBamidbarItshak NabetParacha

Ouvrir grand les yeux

par Itshak Nabet

Dans la paracha de la semaine, Balak, la Torah nous raconte comment Hachem nous sauva de deux grands sorciers qui voulurent détruire le peuple d’Israël. Après quarante années dans le désert, les bné Israël sont enfin prêts à conquérir la Terre de leurs ancêtres. Pour cela, il ne reste qu’à traverser les plaines de Moav et le fleuve du Jourdain. Cependant les Moabites, qui portent une haine profonde aux descendants d’Avraham, veulent tout faire pour exterminer ce danger potentiel. Ils nommeront comme roi un grand sorcier,Balak, afin de lutter contre l’ennemi. Celui-ci apprit que la force du peuple juif provenait de sa parole. En effet, dès que les bné Israël priaient leur Dieu, Il les exauçait. La solution paraît ainsi évidente:utiliser l’arme de la parole contre eux par l’intermédiaire de Bilam,le grand sorcier de Midianne. Ce dernier connaissait le moment où Hachem se comportait avec rigueur. Il maudissait à cet instant précis et ses paroles s’accomplissaient. Nos sages nous disent qu’Hachem avait donné à Bilam un niveau de prophétie aussi grand que celui de Moché Rabénou. De ce fait, les nations du monde ne pouvaient se retrancher derrière aucune excuse:elles ne pouvaient en effet pas dire que s’ils elles avaient eu un prophète, elles auraient fait Téchouva. Car ce dernier, malgré ses connaissances,ne fit que se pervertir davantage et entraîner les nations dans l’immoralité.

Afin de convaincre Bilam de se joindre à sa cause, Balak envoya une belle somme d’argent par l’intermédiaire de quelques nobles. Bilam leur répondit qu’il devait d’abord demander à Hachem son accord. Hachem apparut en rêve à Bilam pour lui interdire d’aller maudire les bné Israël. A son réveil, Bilam annonça aux envoyés qu’Hachem l’avait empêché de se rallier à eux. Ce qui sous-entendait qu’ils n’étaient pas assez importants pour qu’il aille avec eux. Balak envoya donc des princes et une plus grosse somme d’argent. Bilam répondit alors que même si Balak lui envoyait tout l’or du monde, il ne pourrait transgresser la volonté de Dieu, « je vais cependant voir si Hachem peut changer d’avis » ajouta-t-il. Hachem lui apparut en rêve et,cette fois-ci, lui permit d’aller avec eux. Bilam prit aussitôt la route sur son ânesse avec les princes de Moav.

A trois reprises,un ange brandissant une épée apparut devant l’ânesse. A chaque fois,la bête sortit de la route pour éviter l’ange et essuya les coups de son maître,fou de rage. Et c’est alors qu’un miracle eut lieu devant Bilam et les princes de Moav. L’ânesse se mit à parler:  » Qu’ai-je fait pour mériter d’être frappée à trois reprises? » Soudain, le sorcier vit l’ange qui se tenait face à lui. « Pourquoi as-tu frappé ton ânesse? Si elle ne s’était pas détournée de moi, je t’aurais mis à mort. » Alors, Bilam fit semblant de faire Téchouva. « J’ai pêché. Si tu refuses maintenant que je continue mon voyage, je m’en retournerai ». « Va donc, dit l’ange, mais sache que tu ne pourras prononcer que les paroles que je te mettrai dans la bouche. » Bilam rejoignit ainsi Balak. Ils firent de nombreux sacrifices afin de trouver grâce aux yeux d’Hachem. Puis Bilam essaya de maudire le peuple d’Israël. Comme Hachem l’en avait informé, chaque malédiction que le sorcier désirait prononcer se transformait en bénédiction…

Comme nous le savons,la Torah n’est pas un livre d’histoire. Si notre paracha s’allonge autant sur l’histoire de ces deux mécréants, il paraît certain qu’il existe de nombreuses leçons pour toutes les générations. Essayons de voir un des enseignements que nous pouvons retirer.

Il existe une contradiction entre deux Midrachim à propos de Pharaon. Dans le Midrach Raba (13,3) à propos du verset « Car j’ai endurci le cœur de Pharaon », Reich Lakich enseigne: Hachem prévient un homme une fois, deux fois, puis une troisième fois! S’il ne fait pas Téchouva, Il ferme son coeur à la Téchouva, comme il est écrit « Il se moque des moqueurs ». De même, Hachem endurcit le cœur de Pharaon après cinq plaies afin qu’il ne fasse pas Téchouva. Pourtant,dans le Midrach Tanhouma (Vaéra 14) nous pouvons lire l’inverse  » Qui est comme Lui, un professeur? « Iov (36;22): qui montre aux mécréants comment faire Téchouva. De même,à chacune des dix plaies, Moché prévenait Pharaon afin qu’il fasse Téchouva. Ainsi,d’un côté nous voyons qu’Il aide à faire Téchouva et d’un autre qu’il empêche de faire Téchouva après trois tentatives?

Le rav Michkovski chlita explique qu’en réalité ce n’est pas une contradiction. Hachem aide chacun à aller sur le droit chemin, même les plus grands mécréants telle Pharaon et Bilam. Qu’est-ce qu’Hachem ne fit pas à Bilam pour l’empêcher de fauter? Il se dévoila à lui en rêve pour lui interdire de partir. Il fit parler son ânesse…Pouvait-Il être plus clair? « Qui est comme lui un professeur » qui guide les mécréants à faire Téchouva? Cependant,Bilam ne voulut pas voir,et il ferma les yeux sur tous ces signes. Aveuglé par sa haine de Moché et avide de gloire et d’argent, il décida de pas voir. Alors Hachem l’aida à ne pas voir et Lui ordonna par deux fois d’aller chez Balak, comme il est écrit « Il se moque des moqueurs ». Hachem fait tout pour nous aider à choisir le bon chemin,mais,malgré cela,nous sommes libres de fermer les yeux. Voici cette leçon terrifiante que nous devons apprendre de Bilam.

Hachem nous parle à travers l’histoire, à travers les événements de la vie. Lorsque les actes antisémites se multiplient dans un endroit,soudainement,de manière aussi violente, nous pouvons fermer les yeux. Expliquer que c’est dû à la montée de l’islamisme, à la crise économique ou au conflit palestinien…Mais si on se réfère à la leçon de Bilam, nous comprendrons qu’Hachem nous parle. A chaque drame, chaque agression,le Créateur réveille le peuple juif. Combien de temps allons-nous faire les aveugles? Si nous croyons que nous pouvons vivre comme des non juifs, alors Hachem envoie les pires ennemis afin de nous rappeler: « hé le juif!! » Si nous voulons une fois pour toute régler le problème de l’antisémitisme, il n’existe qu’une seule solution: accepter notre judaïsme et vivre selon les lois de la Torah. Nous devons ouvrir grand les yeux afin d’arriver enfin à lire les messages que le Patron nous envoie. Si nous faisons cela, alors nous verrons très rapidement toutes les délivrances qu’Hachem nous a promises… Amen ken yéhi ratson.

Tags

Articles Liés

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page