BoChémotItshak NabetParacha

Un sacrifice pour sortir d’Egypte

par Itshak Nabet

Dans la paracha de la semaine,Bo, la Torah nous raconte les trois dernières plaies qu’Hachem envoya aux Egyptiens: les sauterelles, l’obscurité et la mort des premiers nés. Quelques jours avant le coup de grâce, Moché annonce aux bné Israël la volonté du Tout- Puissant:chaque famille doit prendre, le 10 Nissan, un mouton ou un bélier sans défaut,et qui n’a pas encore un an. Pendant quatre jour,cette bête sera attachée au pied d’un des lits pour être sacrifiée le 14 Nissan, puis grillée et mangée la nuit du 15 Nissan. « Vous placerez du sang de ces animaux autour de vos portes et vous ne sortirez pas de vos maisons jusqu’au matin. Ainsi,lorsque sortira Hachem pour frapper les Egyptiens, Il verra le sang et vous épargnera… »

De nombreux commentateurs se sont interrogés sur la nature de ce commandement. Comme nous le savons, Hachem a promis à Avraham avinou que sa descendance serait esclave sur une terre étrangère pendant quatre cent ans puis qu’elle sortirait avec une grande fortune. Or Rachi zal nous explique que les années qui séparent la naissance d’Itshak avinou de la sortie d’Egypte sont au nombre de quatre cents. En d’autres mots, la première partie de la promesse était déjà accomplie: Hachem devait réaliser la fin de sa prophétie: « et ils sortiront avec de grandes richesses ». Si c’est ainsi, pourquoi avoir demandé aux bné Israël de prendre l’idole numéro un des Egyptiens et d’en faire des grillades devant leurs anciens maîtres? Imaginons un instant la scène. Dès le 11 Nissan, tous les Egyptiens ne devaient parler que de ça. « T’as entendu, les juifs veulent égorger et griller nos dieux!! On peut pas laisser faire ça! » Combien d’Egyptiens ont-ils dû prendre des couteaux pour se jeter sur des juifs? Demander une chose pareille peut être comparé à ordonner de prendre un cochon et d’aller l’égorger dans une mosquée en Iran. Alors pourquoi Hachem obligea-t-Il les enfants d’Avraham, Itshak et Yaacov avinou à se mettre ainsi en danger? Ne pouvait-Il pas tout simplement les libérer comme Il l’avait promis? De plus, pourquoi leur demander de mettre du sang sur les portes? Hachem avait-Il vraiment besoin de signes pour séparer les juifs des Egyptiens? Cela fait presque dix mois qu’Il punit les uns et épargne les autres?

Le rav Avdala Somekh zal explique que les bné Israël s’étaient dégradés en Egypte au point d’atteindre le 49è degré d’impureté. Ils ne ressemblaient plus du tout à leurs ancêtres. Ainsi,même si Hachem avait juré à Avraham avinou de délivrer sa descendance, il n’y avait plus rien à sauver. Les juifs se comportaient comme des Egyptiens et pratiquaient l’idolâtrie encore plus qu’eux. Comme nous l’enseigne le Midrach Chimoni (Devarim 828) au nom de Schmouel bar Nakhman: »si ce n’est que le Créateur lui-même avait juré de nous libérer, jamais nous ne serions sortis d’Egypte ». C’est pourquoi Hachem exigea des garanties que ce peuple avait toujours un lien avec leurs aïeux. Et puisqu’ Avraham avinou, Itshak avinou et Yaacov avinou avaient été prêts à donner leur vie pour Hachem, leurs enfants devraient les imiter pour mériter se s’appeler leur descendance. Et c’est ainsi que les bné Israël prirent des moutons malgré le danger que cela représentait, pour prouver à Hachem qu’Ils étaient eux aussi prêts à mourir pour Lui. En plaçant le sang des animaux sur leurs maisons, ils témoignaient que seule leur extériorité s’était abîmée. Malgré leur impureté et leurs fautes, ces millions d’individus étaient bel et bien les enfants d’Avraham avinou. C’est ainsi que le Midrach (Mékhilta Bo, 11) explique le verset: « Il verra le sang et vous épargnera, Hachem verra le sang du sacrifice d’Itshak. » Ce signe n’était donc pas pour qu’Hachem distingue les juifs des Egyptiens, mais il devait permettre aux bné Israël de montrer qu’ils étaient eux-mêmes différents des autres peuples.

Comme vous le savez,nous avons une mitsva de nous souvenir de la sortie d’Egypte nuit et jour. Un des sens de cette mitsva est de se rappeler cet enseignement. Même si nous sommes des enfants d’Israël en naissant d’une mère juive ou en nous convertissant, il existe une condition pour pouvoir se rapprocher d’Hachem et de la Torah. Il faut être prêt à se sacrifier! A l’image de nos ancêtres qui mirent leur vie en péril pour sortir d’Egypte et recevoir la Torah, chacun doit être capable de donner de sa personne s’il désire avancer. Bien évidemment, le Créateur ne nous demande pas de nous suicider pour montrer notre attachement pour Lui. Mais Il nous demande de prendre ce qui nous est cher et de Lui offrir. Chacun à son niveau possède des choses qui l’empêchent d’avancer. Hachem dans la paracha Bo nous demande de prendre « ces cultes étrangers » qui nous détournent de Lui et de les sacrifier! Nous ne devons pas avoir peur, même s’il paraît parfois impossible de se séparer de certaines choses auxquelles nous sommes habitués. Car ainsi que notre Délivreur nous protégea des foules égyptiennes lorsque nous ligotions leurs divinités, Hachem accorde son aide et sa protection à chaque juif qui veut accomplir Sa volonté. En outre, les maximes des pères ne nous ont-ils pas promis que le salaire est en fonction de l’effort? Alors que le Tout Puissant nous donne les forces de nous dépasser et de sortir de nos limites afin de mériter de nous réjouir des mitsvot et de Sa Torah…

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page