ChémotItshak NabetParachaVaéra

La folie de Pharaon

par Itshak Nabet

Dans la paracha de cette semaine, Vaera, nous assistons aux sept premières plaies qui dévastèrent l’Egypte : le sang, les grenouilles, les poux, les bêtes sauvages, la peste, les ulcères et la grêle. Pour la première plaie,toute l’eau d’Egypte- les jus de fruits, les larmes, la salive des Egyptiens…-se transforma en sang. Pendant une semaine, celui qui le voulait devait payer l’eau aux juifs à un prix très élevé. Pourtant Pharaon refuse de libérer ses esclaves. La raison est simple! Ses sorciers arrivaient eux aussi à changer l’eau en sang. Il n’y avait donc aucune preuve que Moche était le libérateur tant redouté par l’Egypte. Il en est de même pour la plaie des grenouilles. Les sorciers montrèrent à Pharaon qu’avec un peu de magie, il était possible de les créer.

Mais quand vint la plaie des poux, cette fois, ils s’avouèrent vaincus . »Voici le doigt de Elokim » témoigneront- ils! Mais Pharaon n’écoute pas et refuse encore de renvoyer les bne Israel. Comment un homme censé peut-il réagir de la sorte? Depuis déjà trois mois que son pays est à la renverse, les faits sont présents devant ses yeux: Moche vient de la part d’Hachem et il n’y a pas d’issue de secours! Malgré cela, ce roi s’entête à ne pas écouter la voix de la raison. Comment est-ce possible?

La réponse se trouve dans la paracha de Chemot. Lorsque Moche exigea la libération de son peuple, Pharaon refusa catégoriquement car il ne voulait pas se passer de la main d’oeuvre de ses millions d’esclaves… Nos sages enseignèrent que « l’amour déforme la ligne droite » c’est- à- dire que les intérêts personnels d’une personne l’entraînent à se cacher la vérité et la poussent à s’entêter dans son erreur. Chez Pharaon, c’est l’amour du pouvoir et de l’argent qui l’empêcha de voir clair. Emporté dans sa folie, il s’entêtera jusqu’à perdre son propre fils dans la dixième plaie « la mort des premiers nés ». Plus encore, il entraînera la mort de toute son armée en voulant poursuivre ses anciens esclaves dans la Mer Rouge…A-t-on déjà vu un fou pareil? Un homme peut-il s’obstiner de la sorte?

Cependant nos sages disent que nous possédons tous une part de Pharaon en nous…En effet, nous désirons tous le bonheur, la santé, la réussite…Nous savons tous qu’Hachem a créé le monde en prenant la thora comme modèle et mode d’emploi et que les lois de la nature sont soumises à l’accomplissement des mitsvots. Et pourtant on persiste à croire que le bonheur est ailleurs. On pense connaître ce qui est le mieux pour nous. On se fait notre propre thora, on accepte ce qui nous arrange ou ce qui ne nous dérange pas trop et on laisse le reste… Mais au final, nous sommes les perdants! Car la Thora n’est pas une liste de contraintes qui nous empêchent de profiter de ce monde… Bien au contraire, c’est le mode d’emploi qui peut nous permettre d’exploiter au mieux notre vie, nos relations, nos sentiments…C’est pourquoi celui qui annule ses propres désirs et accepte d’appliquer, même sans comprendre, s’aperçoit combien chaque loi, chaque conseil est précieux en nous permettant d’éviter un grand nombre d’erreurs. Notre existence prend ainsi un sens et nous pouvons profiter de chaque instant.

Alors, mes chers amis ,tirons les leçons de cette paracha. La thora nous prévient que tout individu finit par reconnaître la royauté du Tout puissant. Même le plus grand des têtus (Pharaon) proclama : » Qui est comme Toi Elokim ».Les malchanceux s’en apercevront après 120 ans, les autres ouvriront les yeux après quelques plaies à l’image des Egyptiens. Alors n’attendons pas les coups de bâton pour reconnaître la vérité et pour abandonner nos mauvais penchants…Imitons nos ancêtres qui clamèrent tous ensemble: « nous ferons et nous comprendrons » ,et, ainsi, nous trouverons le bonheur et la sérénité tant désirés.

Tags
Voir plus

Articles Liés

Fermer