ChémotItshak NabetParacha

La méthode de Pharaon

par Itshak Nabet

Le livre de Chémot s’ouvre sur le commencement de l’esclavage des juifs en Egypte. Les enfants de Yacov avinou se sont multipliés et sont devenus une menace pour les Egyptiens. Pharaon décida de réagir pour calmer son peuple: « Allons, agissons contre eux avec sagesse,de peur qu’ils se multiplient et viennent à se soulever contre nous » annonça-t-il. Rachi zal sur ce verset commente: « faisons un plan et opprimons- les par l’eau car leur Dieu a juré de ne plus amener le déluge sur le monde ».

Arrêtons-nous un instant sur ce commentaire: pourquoi, d’après Rachi zal, la Torah a-t-elle besoin de nous préciser la volonté de Pharaon de faire un plan, une préparation? Que veut-on nous enseigner ici?

L’admour Yoel Taitelbaum zrouto yagen alénou tira de cet enseignement une leçon fondamentale: toute chose nécessite une préparation. Par exemple, celui qui veut s’élever dans le service divin doit savoir que c’est un travail de longue haleine, qui demande de la persévérance et de la patience. Comme l’enseigne le Zohar akadoch (Hayé, 129,a),Avraham avinou ne s’est pas élevé en un jour, il a travaillé chaque jour de sa vie et a monté un échelon après l’autre jusqu’à atteindre son niveau. Chaque juif affronte au cours de son évolution des périodes de « chute » spirituelle et des moments plus favorables où il sent du plaisir à prier et à faire les mitsvot. L’essentiel, c’est de se relever de ses chutes et d’essayer de s’améliorer encore une fois car c’est ainsi que l’on grandit.

De même, un homme ne devient pas racha en un jour. C’est souvent après une longue et douce pente qu’une personne abandonne tout. En général, cela commence par de mauvaises fréquentations, puis on oublie une prière par ci par là, après c’est la cacheroute…jusqu’à ne plus rien faire. Mais encore une fois le processus s’effectue par étapes et tous dépend des premières fautes. C’est pourquoi nous disons dans la prière deux fois par jour: »al tizkor lanou avonot richonim »: efface nos premières fautes, car c’est à cause d’elles que toutes les autres ont suivi.

Ainsi, dans toute entreprise, que ce soit le couple, l’éducation ou le travail, la réussite dépend de la préparation. Il faut tout d’abord construire de bonnes bases puis ajouter petit à petit des étages à
l’édifice. Voilà ce qu’avait compris Pharaon! L’entreprise de ce racha était de noyer tous les nouveaux nés mâles dans le Nil. Seul problème:comment convaincre les Égyptiens de tuer des bébés et de commettre des actes barbares ?
Pour cela, il appliqua la technique citée : tout d’abord il plaça des dirigeants de corvées afin d’asservir les juifs à construire Pithom et Ramsès. Cette loi ne leur sembla pas cruelle car ils disaient que c’était pour
les intérêts de la nation. Puis, dans un second temps, il ordonna discrètement aux sages- femmes de tuer les nouveaux nés. On est monté de niveau, mais ce n’est toujours pas l’atrocité des massacres publics. Après quelque temps, lorsque le peuple fut habitué à la cruauté, Pharaon put enfin décréter ce qu’il avait au fond du cœur: l’extermination des enfants juifs.

C’est ce que voulait nous enseigner Rachi akadoch. Pharaon ne pouvait se débarrasser des juifs en un jour: il lui fallait une préparation, un travail de fond afin d’atteindre le but qu’il désirait. Sachez,mes frères, que la méthode de ce racha est aussi très utilisée par le Yetser Ara. En effet, celui-ci n’incite jamais un juif à manger du porc ou à transgresser chabat. Il travaille doucement mais sûrement. Tout d’abord, il lui propose de regarder les femmes par exemple. »Ca va, c’est pas grave, c’est pas assour ». Puis il murmure: »tu peux lui faire la bise, quand même: on n’est pas au Moyen âge!! »! « Allez, prends son numéro de téléphone, je te dis »…jusqu’à le pousser aux pires bêtises.Et pour toutes les fautes c’est ainsi, le Yetser Ara commence avec un fil fin comme un fil d’araignée puis, petit à petit, il serre sa victime avec des cordes de marin.

Nous sommes entrés depuis dimanche dans une période appelée Chovavim. Pendant huit semaines, cette année, chacun peut réparer les fautes qu’il a commises, en particulier celles concernant les femmes et les relations interdites. Chaque juif peut littéralement effacer son passé et transformer chaque domaine de son service divin. Comment faire? Très simple, nous devons utiliser la méthode de Pharaon et construire chaque jour un étage de notre édifice. C’est-à-dire prendre des petites résolutions, par exemple celle de s’appliquer dans nos bénédictions, faire attention à nos yeux ou encore faire le Qriat Chéma avant de dormir correctement…Car il faut savoir que nous bénéficions d’une aide du ciel particulière en cette période pour nous permettre de sortir de nos limites et de notre Egypte personnelle.

Alors qu’Hachem nous donne les forces de nous libérer de nos Pharaons afin de devenir
ce que l’on désire tant être: des serviteurs fidèles de Dieu.

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page