Lois du ChabatLois juives

Mouktsé Mékhamat Gouffo: Déplacer de déchets pendant Chabbat (cour n°6)

par Yossef Rozenberg

Mouktsé Mékhamat Gouffo 

Déplacer de déchets pendant Chabbat

Selon les règles de Mouktsé Mékhamat Gouffo, les déchets de toutes sortes sont Mouktsé car ils n’ont aucune utilité et sont destinés à être éliminés.

Pourra-t-on toutefois déplacer une poubelle ou d’autres déchets qui se trouvent dans la maison ?

Le Choulkhan Aroukh écrit que, pour les déchets qui répugnent les gens se trouvant à proximité, on aura le droit de les déplacer s’ils se trouvent dans un endroit de la maison ou de la cour où les habitants de la maison ont l’habitude de se trouver.

La raison de cette loi est relative au respect pour les personnes de la maison. Nos sages, qui ont eux-mêmes instauré la loi de Mouktsé, ont établi que l’on aura le droit de déplacer les déchets qui nous dérangent pour s’en débarrasser.

En revanche, dans les lieux où les habitants de la maison ne se trouvent pas, par exemple un réduit ou une pièce destinée à l’entreposage, on devra laisser les déchets en question jusqu’à la fin de Chabbat.

On n’ aura le droit de vider une poubelle se trouvant dans la maison que si elle est pleine, ou que les odeurs dérangent. (Tout en faisant attention aux règles de « Hotsaa » -sortir des objets d’un domaine public à un domaine privée ou vice-versa.)

Si on craint qu’un enfant se salisse par ces déchets, qui se trouvent dans un endroit où on n’a pas le droit de les déplacer, comme vu ci-dessus, on sera toutefois autorisé à les recouvrir à l’aide d’ un ustensile.

Les Graines, les noyaux, les épluchures et la nourriture pour animaux

Pour ce sujet, il existe trois catégories :

1.      Les Graines et les noyaux comestibles pour les humains. Par exemple les graines de tournesol, les épluchures de pommes ou de concombres etc. Celles-ci ne sont évidemment pas Mouktsé car elles ont le même statut que n’importe quelle autre nourriture.
2.     Les Graines et les noyaux non-comestibles pour les humains, mais comestibles pour les animaux se trouvant chez nous, sous notre toit. Par exemple du pâté pour nos animaux de compagnie. Ceux-ci ne seront pas Mouktsé non plus car ils sont destinés à un usage concret.
3.     Les Graines et les noyaux non comestibles pour les humains, mais comestibles pour des animaux qui ne se trouvent pas sous notre toit. Concernant cette catégorie, la Halakha est la suivante :

Le Choulkan Aroukh écrit que des aliments adaptés à des animaux qui se trouvent fréquemment dans notre secteur ne seront pas Mouktsé, et ce, même si nous n’avons pas pareils animaux sous notre toit.

Dans un milieu urbain, si nous avons de la nourriture pour animaux domestiques tels les chiens ou les chats, celle-ci ne sera pas Mouktsé. En revanche,  si nous avons de la nourriture pour animaux d’élevage tels les vaches ou les poules, et nous habitons dans un milieu urbain, celle -ci sera Mouktsé.
Le Rama conclut de cette Halakha que les os qui restent de la viande ou du poulet sur nos tables ne seront  pas Mouktsé. Car ils sont adaptés aux chiens, et les chiens sont plutôt fréquents partout.

Remarque:
si un animal se trouve sous notre toit, même s’il est le seul de la sorte dans tout le secteur, sa nourriture ne sera pas Mouktsé.

♦Comment débarrasser une table recouverte pendant Chabbat d’ épluchures ou de miettes ? 

Certaines épluchures ne sont pas Mouktsé, comme celles de fruits ou de légumes, lesquels peuvent être difficilement consommés en l’ état. Par exemple les épluchures d’agrumes ou celles d’autres légumes tels les tomates ou les concombres. Idem pour des miettes de pain ou de gâteau, même de taille infime. Ces dernières ne sont pas Mouktsé et peuvent être librement déplacées.

Concernant les épluchures pouvant être consommées uniquement par des animaux, cela dépendra si ces bêtes sont présentes dans notre secteur. (voir chapitre précédent)

En revanche, des épluchures non comestibles pour qui que ce soit, par exemple des coquilles d’œufs ou des coques de noix, seront Mouktsé et on n’aura pas le droit de les déplacer librement.

Il faudra prendre les précautions suivantes lorsqu’il faudra les débarrasser de la table :

  • Ces épluchures étant Mouktsé, on n’a pas le droit de les prendre à la main afin de s’en débarrasser.
  • Si nous n’avons pas besoin de la table et que nous voulons la débarrasser et la nettoyer par souci d’hygiène, on pourra déplacer la nappe uniquement s’il y a par-dessus un morceau de pain. Car les épluchures sont annulées par rapport au pain et l’action du déplacement de la nappe ne concerne pas celles-ci. On pourra donc déplacer la nappe jusqu’à la poubelle et y jeter son contenu, mais sans y jeter le pain.
  • En revanche, si on a besoin de la table, pour étudier ou pour manger, on pourra explicitement prendre la nappe sur laquelle se trouvent ces épluchures et la secouer dans la poubelle  même s’il n’y a par-dessus que les épluchures qu’on veut jeter.

Comment débarrasser une table d’épluchures Mouktsé ?

Nous avons vu auparavant que si on avait besoin d’une table recouverte d’épluchures Mouktse, pour étudier ou  manger, on n’ avait  pas le droit de déplacer ces épluchures directement avec nos mains.

Cependant, on pourra prendre la nappe sur laquelle se trouvent les épluchures afin de la secouer dans la poubelle. (Dans le cas où nous n’avons pas besoin de la table, voir chapitre précédent)

Lorsqu’il y a peu d’épluchures et que nous ne voulons pas déplacer toute la nappe, une autre solution existe. Nous pouvons en effet déplacer les épluchures avec un couteau vers une serviette pour la jeter.

La règle étant qu’il ne faut pas déplacer ces épluchures directement avec les mains.

La raison de cette autorisation: 

Il est évident et connu que l’autorisation de déplacer un Mouktsé au moyen d’un autre objet n’est pas applicable pour tous les cas de Mouktsé.
Cette autorisation s’appliquera uniquement si nous devons déplacer le Mouktsé car nous avons besoin de l’espace où il se trouve.
La raison de cette Halakha découle de la règle suivante :
On pourra déplacer une entité Mouktsé par un objet qui ne l’est pas lorsque le but de ce déplacement est autorisé.
Exemple : si nous voulons déplacer le Mouktsé car il risque de s’abîmer, nous ne pourrons pas le faire, même avec un autre objet. Ainsi, si nous voulons le déplacer juste parce qu’on veut qu’il soit remis à sa place, par souci d’ordre, on ne pourra pas non plus y procéder.

En revanche,  si nous voulons le déplacer car on a besoin de l’espace sur lequel il se trouve, comme dans notre cas de figure, nous aurons le droit de le faire via un autre objet.

Exception :

Il existe un seul cas où nous aurons le droit de déplacer les épluchures avec les mains.
Il s’agit d’un cas où les épluchures se sont accumulées sur la table au point d’écœurer la ou les personnes présentes dans la pièce.
Dans ce cas, les épluchures acquièrent le statut de « déchet » et peuvent être déplacées pour qu’on  s’en débarrasse.

On aura le droit de déplacer des déchets qui dégoûtent les gens se trouvant à proximité si ces derniers se trouvent dans un endroit de la maison que ses habitants ont l’habitude d’occuper.  Cette loi a pour objet de préserver le respect des personnes se trouvant dans leur demeure.

Nous avons aussi noté qu’on peut déplacer des déchets, mais uniquement s’ils se trouvent dans un endroit de la maison que ses habitants occupent normalement. En revanche, si les déchets se trouvent dans une cave ou un grenier dans lesquels personne ne se trouve, on n’aura pas le droit de les déplacer.

A-t-on le droit de créer des déchets pour pouvoir les déplacer ?

Cette question se divise en deux questions qui en découlent :

  1. Lorsqu’une petite quantité de déchets n’est pas répugnante, a-t-on le droit de les cumuler jusqu’à ce qu’elle le devienne?  Par exemple, si une petite quantité d’épluchures ne dérange pas les convives, peut-on continuer à cumuler ces épluchures jusqu’à ce que la quantité dérange les convives pour pouvoir la déplacer ?
  2. Peut-on s’installer délibérément dans une pièce où il n’y a personne d’ordinaire mais où se trouvent des déchets, afin de pouvoir s’en débarrasser ?

Il est écrit dans le Talmud, et tranché dans le Choulkhan Aroukh, qu’on n’a pas le droit de créer délibérément une situation dans laquelle un déchet nous dérange afin de pouvoir le déplacer.

Pour cette raison, on ne pourra pas cumuler des déchets jusqu’à ce qu’ils atteignent un stade où ils nous répugnent. Ni se placer dans une pièce où l’on n’a pas l’habitude de se trouver pour que le déchet nous incommode.

 

Il existe cependant deux exceptions à cette règle :

      1. On a le droit de cumuler des épluchures ou d’autres résidus de nourriture dans le cadre d’un repas, même si ceux-ci atteignent un stade où ils nous répugnent. Car cela est considéré comme « Dérékh Akhila » (La manière naturelle de manger).
      2. On a le droit de s’installer délibérément dans une pièce où il n’y a personne, mais où se trouvent des déchets, s’il y a un risque de perte monétaire.

    Par exemple, si une fuite d’égout dans la cave se produit, au risque de causer de sérieux dégâts si on ne se débarrasse pas des déchets immédiatement.  On aura ici le droit de s’ installer, en y plaçant notre lit ou notre table. Dès lors, la possibilité de déplacer des déchets qui s’y trouveraient est acquise.

Tags

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page